GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Canada accorde l'asile à une femme ayant aidé Edward Snowden

    media Vanessa Rodel en conférence de presse à l'aéroport de Toronto (Canada), le 25 mars 2019 Cole BURSTON / AFP

    Une des personnes qui a aidé le lanceur d’alertes Edward Snowden lors de sa fuite à Hong-Kong en 2013 vient d’arriver au Canada comme réfugiée. Cette femme d’origine philippine craignait d’être renvoyée dans son pays. Son départ de Hong-Kong avec sa fille de 7 ans s’est fait dans le plus grand secret, elle qui avait subi des représailles pour avoir aidé l’ancien analyste de la CIA.

    Avec notre correspondante au Québec,  Pascale Guéricolas

    Vanessa Rodel rêve d’entamer une nouvelle vie à Montréal avec Keana, sa fille de 7 ans. Elle a choisi cette ville car c’est là d’où vient l'ONG For the refugees, qui l’a aidée à obtenir son statut de réfugiée du Canada.

    En 2013, elle a accepté d’accueillir Edward Snowden dans son minuscule appartement, alors que les écrans muraux et les téléviseurs de Hong-Kong diffusaient le portrait du lanceur d’alerte en fuite. Un avocat protégeant l’ancien analyste de la CIA avait eu l’idée de le cacher dans ce quartier pauvre de l’ancienne enclave britannique, où il serait moins pourchassé.

    Cinq autres anges gardiens de Snowden toujours en attente de leur statut de réfugiés

    La femme de 42 ans a payé très cher l’aide fournie. Les autorités lui ont coupé l’aide sociale, tout en refusant l’accès à l’école à sa fille. Elle risquait également l’expulsion vers son pays d’origine.

    Dans une rare interview diffusée hier à la télévision de Radio-Canada, Edward Snowden a exprimé sa reconnaissance envers son ange gardien. Il a demandé au Canada d’accueillir les cinq autres personnes qui l’ont aussi caché, de nationalité sri-lankaise, qui demeurent encore en attente de leur statut de réfugiés.

    « Pas une question de relations géopolitiques », pour la ministre des Affaires étrangères

    Interrogée par la presse, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a déclaré qu'elle n'était « pas intervenue » dans le processus. Elle a souligné que les décisions sur les demandes d'asile dans le cadre d'un parrainage privé « ne sont pas » motivées par des considérations politiques.

    « Ce n'est pas une question de relations géopolitiques », a précisé la ministre en réponse à une question sur l'éventuelle influence négative de cette décision sur les relations canado-américaines. « Ce sont des décisions qui sont prises pour des gens » et qui sont « fondées sur les faits concernant les gens », a-t-elle conclu lors d'un point presse à Washington, à l'issue d'une rencontre avec le représentant au Commerce Robert Lighthizer.

    Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse, le Premier ministre canadien Justin Trudeau n'a pas souhaité commenter un « cas spécifique ».

    ►À (re)lire : Journalisme, vie privée et liberté d'expression, les leçons de l'affaire Snowden

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.