GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Donald Trump valide le nouveau permis de construire de l'oléoduc Keystone XL

    media Donald Trump exprime sa satisfaction après la signature du permis de construire de l'oléoduc Keystone XL délivré à TransCanada, le 29 mars 2019. REUTERS/Kevin Lamarque/File Photo

    Le président américain Donald Trump a signé vendredi 29 mars un nouveau permis de construire pour relancer le projet d'oléoduc géant Keystone XL, a informé dimanche la Maison Blanche. Celui-ci doit relier les champs pétrolifères du Canada aux Etats-Unis et a été suspendu en novembre par un juge américain. Ce projet, auquel tiennent les actuels gouvernements américain et canadien, rencontre une levée de boucliers des écologistes et des tribus locales notamment.

    « J'autorise par la présente... TransCanada Keystone Pipeline, L.P. à construire, connecter, gérer et entretenir un oléoduc à la frontière internationale des Etats-Unis et du Canada, dans le comté de Phillips au Montana, pour l'importation de pétrole du Canada aux Etats-Unis », peut-on lire dans le communiqué mis en ligne sur le site de la Maison Blanche.

    Un projet devenu un véritable serpent de mer. C'est en 2008 que nait l'idée d'agrandir l'oléoduc Keystone déjà existant. Il doit devenir XL, extra large, avec deux nouveaux tronçons : l'un dans le sud des Etats-Unis qui n'a pas posé de soucis majeur et l'autre plus au nord, 1900 kilomètres de pipeline devant relier la province canadienne d'Alberta à l'Etat du Nebraska, dans le centre des Etats-Unis. C'est la compagnie TransCanada qui est à la manoeuvre.

    Mais rapidement, des voix s'élèvent contre l'impact environnemental, jugé disproportionné par rapport aux bénéfices. L'oléoduc affecterait grandement les cultures autochtones. En cas de fuite par exemple, ce serait une catastrophe. En conséquence, dès 2012, Barack Obama met un frein au projet. S'ensuivent de longues discussions et un blocage total quelque trois ans plus tard.

    Lieu de stockage des tuyaux du projet d'oléoduc Keystone à Gascoyne, Dakota du Nord, photographié le 14 novembre 2014. REUTERS/Andrew Cullen

    Mais Donald Trump en fait une priorité dès son arrivée à la Maison Blanche. Résultat, en janvier 2017, il relance le projet, un nouveau permis de construire est délivré. Mais il sera finalement suspendu par un juge du Montana en novembre dernier. Le juge Brian Morris avait estimé que Keystone XL n'était pas d'intérêt national au regard des risques. Mais visiblement Donald Trump n'en démordra pas, d'autant qu'il a le soutien du gouvernement canadien sur ce dossier.

    Un manifestant proteste contre la décision du président américain Donald Trump de relancer le projet de construcion de l'oléoduc Keystone XL, le 10 mars 2017 à Washington. REUTERS/Lucy Nicholson
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.