GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: le démocrate Joe Biden tente de justifier un baiser déplacé

    media L'ancien vice-président Joe Biden, lors d'un rassemblement de démocrates à Dover, dans le Delaware, aux Etats-Unis, le 16 mars 2019. REUTERS/Jonathan Ernst

    Accusé d’être l’auteur d’un baiser non désiré, l’ancien vice-président se défend, alors que son comportement souvent très affectueux, voire sexiste, avec les femmes pourrait venir handicaper une probable candidature à l’investiture démocrate à la présidentielle de 2020.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier,

    Lucy Flores a lancé un pavé dans la mare, mais elle ne voulait plus rester silencieuse. En 2014, elle s’est sentie agressée par un baiser déplacé de Joe Biden.

    Le vice-président d’alors était venu la soutenir lors de sa campagne pour devenir vice-gouverneure du Nevada. Mais la politicienne, 39 ans aujourd’hui, raconte surtout qu’il s’était approché d’elle par-derrière, qu’il avait senti ses cheveux et l’avait doucement embrassé sur le haut de la tête.

    Plutôt que de nier, Joe Biden a préféré rappeler ce dimanche 31 mars qu’il a toujours été tactile, empathique – une image bonhomme qui fait partie de ses forces.

    Mais celui qui a été élu sénateur en… 1973 a aussi reconnu que les temps avaient changé. Sur le témoignage de Lucie Flores, qui soutient un de ses adversaires, il évoque la différence de ressenti et se dit prêt à désormais écouter davantage les femmes.

    Mais déjà, dans la semaine, il avait dû s’excuser pour son comportement, en 1991, lors de l’audition parlementaire d’une victime de harcèlement sexuel.

    Certes, Donald Trump a prouvé qu’on pouvait encore gagner la présidentielle malgré des comportements déplacés ou des propos sexistes et grossiers. Mais ce sera plus difficile pour un démocrate, le parti ayant largement embrassé la cause de «Me Too ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.