GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: l'opposition veut maintenir la pression sur le gouvernement Ortega

    media Des opposants ont manifesté ce week-end pour demander la libération des prisonniers politiques et dénoncer la violence du régime Ortega, à Managua. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Au Nicaragua, suite aux manifestations de ce week-end à nouveau réprimées dans le sang, la coalition d'opposition au président Ortega, l'Unad, appelle à l'organisation ce mardi 2 avril de piquets de grève pour faire en sorte que le gouvernement Ortega respecte ses engagements. L'accord signé vendredi dernier doit permettre la libération de centaines de manifestants emprisonnés depuis un an.

    L'Unab (Unidad nacional azul y blanco) affirme que le gouvernement ne respecte pas l'accord conclu vendredi avec l'opposition, aux termes duquel il s'est notamment engagé à rétablir le droit de manifester et à respecter la liberté de la presse.

    La coalition reproche au gouvernement son « manque de volonté » pour résoudre la crise que traverse le pays et qualifie son attitude d'« inadmissible ». Et malgré des blessés par balle et des dizaines de personnes arrêtées ce week-end, l'opposition ne lâche rien.

    « Nous avons l'expérience des manifestations fortement réprimées, explique Max Jerez, étudiant, membre de la coalition Alliance civique. Ces dernières semaines, cela fait plusieurs fois que ça se passe ainsi. L'expérience nous montre que le peuple du Nicaragua et les membres de l'opposition continuent à sortir dans les rues pour ne pas se laisser voler le droit de manifester pacifiquement. »

    « Je ne pense pas que les protestations vont diminuer, mais la résistance prendra peut-être des formes plus créatives. Nous continuons à exiger que l'espace public puisse être le lieu de l'expression politique », insiste l’étudiant.

    La coalition d'opposition appelle donc ce mardi les travailleurs à organiser des piquets de grève et invite les automobilistes à klaxonner pour faire entendre au gouvernement qu'il doit libérer les près de 650 manifestants emprisonnés depuis un an de mobilisation, comme il s'y est engagé.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.