GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: les coupures mettent à mal la mobilisation de l'opposition

    media Le leader de l'opposition vénézuelienne Juan Guaido, durant une conférence de presse le 2 avril 2019. Manaure Quintero / Reuters

    Les partisans de Nicolas Maduro et ses opposants doivent manifester dans un nouveau bras-de-fer ce samedi 6 avril. Chacun se rejette la responsabilité des grandes coupures d’électricité qui ont paralysé le pays de nombreuses fois au cours du dernier mois. Juan Guaido espère mobiliser les foules contre le gouvernement après un mois de mars particulièrement difficile.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    Malgré l’immense popularité de Juan Guaido, les Vénézuéliens n’ont pas vraiment répondu présent aux dernières mobilisations qu’il a convoqué pendant les coupures de courant. Il y avait du monde, mais rien à voir avec les foules qui ont investi les rues du pays en janvier et en février.

    L’opposition l’expliquait par les coupures d’électricité : sans courant, les réseaux ne fonctionnent pas donc l’information circule mal. D’autant que de nombreuses personnes étaient trop occupées à tenter de survivre en cherchant de l’eau et de la nourriture plutôt que d’aller manifester. Les convocations étant par ailleurs lancées un peu à la dernière minute, cela n’a pas permis au bouche-à-oreille de prendre.

    Sauf que cette fois-ci, la manifestation est prévue depuis plus d’une semaine. Et la colère est très vive, de nombreuses manifestations spontanées ont éclaté le week-end dernier à cause des pénuries, parfois sévèrement réprimées par les forces de l’ordre.

    Il est donc capital pour Juan Guaido que cette manifestation soit très suivie. D’autant qu’elle est la première étape de son opération « Libertad » : une opération pour prendre à terme Miraflores, le Palais présidentiel, dans un ultime défi lancé à Nicolas Maduro. Mais sans un immense soutien populaire, l’opération risque d’être compromise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.