GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pérou: l'hôtel Sheraton de Cuzco condamné à être en partie démoli

    media Une entreprise de construction écope d'une amende de 2 millions d'euros pour avoir détruit quatre murs incas d'environ 500 ans afin d'ériger un hôtel Sheraton dans la ville patrimoniale de Cusco. HO / ANDINA / AFP

    Une entreprise de construction écope d'une amende de 2 millions d'euros pour avoir détruit quatre murs incas d'environ 500 ans afin d'ériger un hôtel Sheraton dans la ville de Cuzco. Cet hôtel est situé dans le centre historique de la ville, déclaré Patrimoine culturel de l'humanité par l'Unesco en 1983.

    De notre correspondant à Quito 

    Plus de 2 millions de dollars, environ 1,8 million d’euros, c’est ce que va devoir payer l’entreprise de travaux publics R&G qui construit ou plutôt construisait un hôtel Four Points de la chaîne Sheraton à Cuzco sous un système de franchise. Le 5 avril dernier, la compagnie a d’ailleurs  été sanctionnée non pas une, mais deux fois. La première pour avoir détruit quatre murs incas de plus de 500 ans et l’autre pour avoir enfreint les règles d’urbanisme qui limitent les constructions à 2 étages dans le centre historique de Cuzco. L’entreprise est accusée d’avoir porté atteinte au patrimoine péruvien.

    L'entreprise pointe la responsabilité de la municipalité

    Elle conteste. Ses raisons sont assez techniques. Selon sa représentante Eliana Ruiz, aucun mur original n’a été détruit lors de la construction des fondations de l’hôtel. Il s’agissait selon elle d’un mur construit avec des pierres réutilisées, donc d’un ensemble n’ayant pas vraiment de valeur culturelle ou archéologique. La compagnie affirme qu’elle a d’ailleurs reconstitué le mur. Quant au fait d’avoir construit sept étages au lieu des deux autorisés dans cette zone de la ville, l’entreprise R&G affirme qu’elle ignorait cette disposition du plan d’urbanisme et qu’elle n’avait pas à le savoir. Elle en rend coupable la mairie de la ville qui selon elle n’aurait pas dû accepter son permis de construire.

    Un patrimoine à protéger

    La crainte de la section péruvienne du Conseil international des monuments et sites, c'est que le statut du centre historique de Cuzco de Patrimoine mondial de l'humanité soit menacé. Cette organisation conseille l’Unesco en ce qui concerne le patrimoine mondial. Selon les experts péruviens du groupe, les sept étages de l’hôtel cassent le profil et le style architectural du centre de Cuzco où les édifications ne dépassent pas les deux étages. Il s’agit en tout cas de la conclusion d’une vieille histoire puisque la construction de l’hôtel avait été paralysée en 2016 alors qu’elle était presque terminée. Au nom de la défense du patrimoine de la zone monumentale de Cuzco, le ministère de la Culture a indiqué que l’hôtel devait être remis aux normes, en d’autres termes que la compagnie va devoir démolir les cinq étages de trop.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.