GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    À Caracas, les Vénézuéliens bloquent quartiers et routes pour demander de l’eau

    media Des habitants du quartier de Petare, à Caracas, font la queue pour avoir de l'eau le 1er avril 2019. Federico Parra / AFP

    La crise économique et sociale au Venezuela a poussé 3,4 millions de Vénézuéliens à l’exil depuis 2015. Une crise migratoire qui est au cœur d’une réunion, qui doit se terminer mardi 9 avril à Quito, entre 14 pays latino-américains. La situation s’aggrave ces derniers jours avec les coupures d’électricité qui se multiplient et l’eau courante qui se fait très rare. De plus en plus de voisins se rassemblent spontanément pour manifester leur mécontentement en bloquant leur quartier ou même parfois de grands axes.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    C’est à 5h30 du matin le lundi 8 avril que de nombreux habitants du quartier populaire de La Vega, au sud de Caracas, ont bloqué l’une des principales autoroutes qui dessert la capitale : la Panaméricaine.

    « Dans cette zone, il y a des secteurs qui n’ont pas d’eau depuis plus d’un an, d’autres depuis six mois, et les rares qui en reçoivent, cela ne dure jamais longtemps, explique Alfredo Infante, le prêtre du quartier de La Vega. Cela entraîne de nombreuses maladies dermatologiques, des problèmes de diarrhées, tout cela à cause du manque d’eau. »

    L’ampleur du blocage a obligé la police à intervenir rapidement. Les manifestants ont accepté de dégager une voie en échange d’un rendez-vous avec des responsables d’Hydrocapital, la société publique qui gère le réseau d’eau.

    « Nous avons trouvé trois accords, explique Vianeth, l’une des représentantes d’Hydrocapital. Le premier a été d’analyser aujourd’hui les pompes qui ne fonctionnent plus. Le second est d’envoyer mardi (9 avril) ou mercredi (10 avril) les pièces pour les réparer. Et le troisième, c’est que vendredi (12 avril) à 15 heures, l’eau soit revenue. »

    Faute de quoi ils retourneront dans la rue. Mais ces habitants peuvent déjà s’estimer chanceux : d’autres manifestations de ce genre ont été dispersées dans la violence ces derniers jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.