GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    Dernières infos
    • Israël riposte sur la bande de Gaza après des tirs de roquettes (armée)
    • L'Australie envisage de censurer des contenus extrémistes sur internet (Premier ministre)
    Amériques

    La justice américaine réclame Julian Assange

    media Affiche de soutien à Julian Assange devant le tribunal de Westminster à Londres, le 11 avril 2019. REUTERS/Hannah McKay

    Les Etats-Unis veulent juger Julian Assange, arrêté jeudi 11 avril à Londres après une demande d’extradition. La justice américaine a inculpé le fondateur du site WikiLeaks en 2018 pour avoir piraté un ordinateur gouvernemental afin d’orchestrer une fuite sans précédent pour le renseignement militaire américain sur son site WikiLeaks en 2012: celle de centaines de milliers de câbles diplomatiques et documents confidentiels de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. 

    De notre correspondant à San Francisco Eric de Salve

    Selon la justice américaine, la diffusion sur WikiLeaks, site fondé par Julian Assange, de centaines de milliers de documents confidentiels a été rendue possible grâce à la complicité d’un analyste du renseignement américain Bradley Manning, devenu Chelsea, condamné en 2013 à 35 ans de prison.

    Julian Assange lui risque beaucoup moins, car le droit américain, très sévère pour la fuite de documents confidentiels, l’est moins pour leur publication, au nom de la liberté d’expression. La justice américaine reproche seulement à Assange d’avoir aidé Manning a obtenir les mots de passe du ministère de la Défense lui permettant de pirater les documents. Un chef d’accusation d’association de malfaiteur en vue de piratage informatique pour lequel Julian Assange encourt une peine maximale de cinq années de prison. Ce n’est qu’en 2018 qu’un grand jury avait inculpé l’Australien de 47 ans. Barack Obama avait renoncé à le poursuivre.

    Trump et WikiLeaks, les liaisons dangereuses

    Quant à Donald Trump, il avait plusieurs fois déclaré être un grand fan d’Assange en 2016. C’était juste après le tournant de la campagne présidentielle : la diffusion par WikiLeaks de milliers d’emails du parti démocrate piratés par des Russes. « Au total, Donald Trump a vanté les mérites de WikiLeaks plus de 100 fois pendant sa camapgne », pointe le Washington Post. Le quotidien américain affirme même qu’un portrait de Julian Assange, tel un héros, était affiché dans l’une des salles de réunion du candidat Trump. 

    D’un héros qui a fait les affaires de Donald Trump, Julian Assange serait-il devenu embarrassant pour le président américain ? Interpellé à ce sujet jeudi 11 avril, le président est peu loquace : « Je ne connais rien à Wikileaks. Ce n’est pas mon truc ».  Donald Trump renvoie désormais la balle vers le ministère américain de la Justice. « J'imagine surtout que le procureur général qui fait un excellent travail - prendra donc une décision. Ce n'est pas mon affaire! »

    Ce n’est pas la première fois que Donald Trump retourne sa veste au sujet de Wikileaks. En 2010, il déclarait : « Je pense qu'il devrait y avoir une peine de mort pour les personnes à l’origine de ce site internet ». Après un regain d'amour pour Julian Assange pendant la campagne de 2016. La reconnaissance du travail de WikiLeaks par le président amércain aura donc été de courte durée.  

    Les politiques américains  

    Unanime de son côté la classe politique américaine demande un procès aux États-Unis contre un homme qualifié de « méprisable et dangereux » par le sénateur républicain Lindsay Graham et d’« agent russe » par l’un de ses collègues démocrates. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.