GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guaido appelle à «la plus grande marche de l'histoire» du Venezuela le 1er mai

    media  
    L'opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé, lors d'un discours face à plusieurs centaines de partisans, à Chacao, un quartier de Caracas, le 19 avril 2019. Matias Delacroix / AFP

    Le chef de file de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé vendredi 19 avril à « la plus grande marche de l'histoire » du pays le 1er mai, lors d’une « assemblée populaire » à Caracas devant ses partisans, à l’occasion de l’anniversaire de la proclamation d’indépendance du Venezuela, le 19 avril 1810.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    Nous sommes en pleine Semaine sainte au Venezuela, une semaine synonyme de vacances en temps normal. Pourtant la place Bolivar de Chacao est pleine à craquer pour écouter Juan Guaido.

    Hector Diaz, venu de l’autre bout de la ville, explique ne plus avoir les moyens de partir en vacances : « L’Organisation mondiale pour la santé estime qu’une personne doit gagner deux dollars par jour pour survivre. Ici on ne touche même pas 5 dollars par mois ».

    Tous ici restent persuadés que Juan Guaido est la meilleure solution pour que les choses changent et attendent ses instructions. Elles ne tardent pas : l’opposant annonce une nouvelle manifestation qu’il espère massive. « Nous convoquons tout le peuple du Venezuela, le 1er mai prochain pour la plus grande marche de l’histoire du pays ! »

    Le jour de la fête du Travail, un défi lancé aux chavistes qui revendiquent le soutien des travailleurs. Un soutien qu’ils ont perdu, selon Rafael Guevara qui brandit un grand drapeau vénézuélien : « Ce ne sera pas uniquement une manifestation des travailleurs, mais de tous les Vénézuéliens. Pour protester contre ce gouvernement qui est une dictature. Et s’il faut aller à Miraflores, nous irons ! »

    Miraflores, le palais présidentiel sur lequel Juan Guaido avait promis de marcher lors d’une grande manifestation. Peut-être celle du 1er mai : l’opposant est resté suffisamment vague pour le laisser entendre.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.