GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Changement de politique migratoire en cours au Mexique?

    media Le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, en conférence de presse à Mexico, le 15 avril 2019. REUTERS/Edgard Garrido

    Le Mexique et son président Andres Manuel Lopez Obrador seraient-ils en train de changer leur politique migratoire sous la pression de l’administration américaine ? La question a lieu d’être posée. De plus en plus de migrants, qui tentent de rejoindre la frontière américaine en traversant le Mexique, se retrouvent bloqués dans le sud du pays.

    Ils sont Honduriens, Salvadoriens, Guatémaltèques ou encore Cubains, Haïtiens, Congolais ou Angolais. À l’heure actuelle, ils seraient des milliers dans le sud du Mexique. Tous veulent rejoindre les États-Unis avec le même rêve : celui d’une vie meilleure. Mais ce rêve pourrait bien n’être qu’une utopie, étant donné l’évolution du discours des autorités mexicaines.

    Il y a encore quelques semaines, les autorités délivraient des milliers de visas dits « humanitaires » pour permettre à ces migrants de rejoindre le nord du pays. Depuis l’investiture d’Andres Manuel Lopez Obrador, Mexico affichait ainsi une certaine volonté de faciliter cette quête du « rêve américain ». Près de 12 500 personnes auraient obtenu un visa ou un permis de résidence et de travail d’une durée d’un an au Mexique.

    Nouvelle donne

    Désormais, la donne a changé. Finis les sauf-conduits permettant aux migrants de traverser légalement le pays ou d’y rester. Les nouvelles directives affichées sont claires. À Tapachula, ville frontalière du sud du Mexique, les autorités ne délivrent plus de sauf-conduit depuis près d’un mois.

    De ce fait, ces migrants se retrouvent bloqués dans l’État. Faute de papiers, ils ne peuvent plus quitter les lieux. Une situation qui empire de jour en jour, selon la presse locale. Car entre 200 et 300 migrants arrivent quotidiennement. Un changement de politique qui, bizarrement, est opéré au moment même où les États-Unis durcissent leur position sur le thème de l’immigration.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.