GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: les violences policières ont encore augmenté en 2018

    media Une unité spéciale de la police militaire en opération dans une favela de Rio de Janeiro, en juillet 2018. Mauro PIMENTEL / AFP

    Quelque 6160 personnes ont été tuées par des policiers l'an passé au Brésil. Soit 935 de plus qu’en 2017 (5 225). Dans le même temps, 307 policiers ont été assassinés en 2018, un chiffre inférieur à celui de l’année précédente (374).

    Le nombre des personnes tuées par la police brésilienne a augmenté en 2018, tandis que le nombre de policiers tués, dans l'exercice de leurs fonctions ou en dehors, a pour sa part reculé. Tel est l'enseignement de statistiques officielles publiées cette semaine et rapportées par le groupe de presse O Globo.

    Rio, comme le Nordeste, est particulièrement touchée par la violence. La police de la ville, épaulée par l'armée, est confrontée à une grande insécurité et compte parmi les plus brutales du pays, selon un chercheur interviewé par le journal O Globo. Les agents reçoivent une prime pour chaque trafiquant de drogue tué.

    La lutte contre la criminalité désormais menée par le président Bolsonaro

    Alors que l'extrême droite est au pouvoir depuis le 1er janvier, faut-il s'attendre à une police hors de contrôle ?, s'interroge l'ONG Forum brésilien de la sécurité publique. « Une police qui fait de la force létale une pratique commune pour combattre le crime devient elle-même criminelle », estime le directeur de l'ONG.

    Jair Bolsonaro a promis d'apporter une réponse musclée à l'insécurité. Le juge Moro, connu pour avoir mené la lutte anticorruption « Lava Jato » et instruit l'affaire Lula, a accepté d'être ministre de la Justice. Une décision justifiée notamment par son ambition de lutter contre le crime organisé et la violence.

    ► À écouter aussi : Jean Wyllys dénonce la situation des droits de l’homme sous Bolsonaro

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.