GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
    Amériques

    À la Une: États-Unis, la citoyenneté en débat à la Cour suprême

    media «—Êtes-vous un citoyen américain—? Oui / non—» : la Cour suprême des États-Unis doit trancher pour dire si oui ou non cette question sera ajoutée au formulaire du prochain recensement.. REUTERS/Al Drago/File Photo

    Bras de fer judiciaire aux États-Unis au sujet du prochain recensement. « Êtes-vous un citoyen américain ? Oui / non » voilà la question que souhaite ajouter le gouvernement de Donald Trump au recensement de 2020. La Cour suprême doit trancher avant le mois de juin pour dire si oui ou non cette question sera ajoutée au formulaire.

    Selon les démocrates, cette question risque d’intimider les étrangers vivant sur le territoire américain. Même si cette peur est « infondée », elle est réelle selon le Washington Post, qui rappelle que selon une étude du Bureau du recensement, 6 millions de personnes pourraient être découragées de répondre au questionnaire par peur de représailles. L’éditorialiste dénonce les méthodes sournoises employées par le gouvernement Trump pour faire remonter cette affaire jusqu’à la Cour Suprême, où les juges conservateurs sont majoritaires, alors qu’elle a été rejetée par deux tribunaux fédéraux. Pour Dana Milbank, c’est une énième manière de consolider le « white Power », le pouvoir des Blancs, pour les dix prochaines années.

    La radio publique NPR détaille : si les étrangers, notamment les Latinos, ne participent pas au recensement, ils ne seront pas comptabilisés sur le territoire. Cela entraînerait une sous-estimation de la population derrière lesquels se cachent des enjeux financiers et politiques majeurs.  En effet, le recensement (qui a lieu tous les dix ans) conditionne non seulement la répartition annuelle de 880 milliards de dollars de subventions fédérales, mais aussi le nombre de sièges alloués aux différents États à la Chambre des représentants, puisque leur nombre dépend du poids démographique de chacun.

    De quoi transformer les cartes électorales pour les élections à venir. Selon les cartes publiées par le New York Times, le redécoupage électoral post-recensement favoriserait les républicains. Ce qui explique aussi pourquoi le camp démocrate est si farouchement opposé à l’ajout de cette question, puisque nombre de leurs représentants siègent dans des États comme New York, la Californie ou la Floride, où il y a une forte présence d’immigrés.

     Dans le Huffington Post, on peut lire une synthèse des âpres débats qui ont commencé hier entre les juges de la Cour Suprême, et évaluer les arguments juridiques sur lesquels s’appuient les deux camps.

    Mexique : 15 000 migrants rapatriés en 3 mois

    Le président mexicain Lopez Obrador commencerait-il à se plier aux pressions américaines ? C’est la question que se pose le Wall Street Journal, après la récente arrestation de 400 personnes, dont des femmes et des enfants. Selon TeleSur, ils ont été envoyés dans des centres de rétention à la frontière avec le Guatemala en attente d’être renvoyés dans leurs pays. Environ 200 migrants cubains, et 200 Honduriens auraient également été rapatriés ces dernières semaines selon l’agence AP.

    Pour les autorités mexicaines, il s’agit de reprendre le contrôle de sa frontière sud, débordée par les arrivées de caravanes qui « ne cessent de grossir » selon la ministre de l’Intérieur Olga Sanchez. Pour le gouvernement la question est « aussi bien sécuritaire qu’humanitaire » peut-on entendre sur Noticiero Televisa.

    Aristegui Noticias (qui publie la vidéo intégrale de la conférence de presse) souligne qu’Olga Sanchez a également indiqué qu’au cours des trois derniers mois, des migrants venus d’Afrique, originaires d’Érythrée, du Congo, du Togo, mais aussi en provenance d’Inde, du Pakistan ou du Sri Lanka se sont joints aux caravanes grâce à des transferts organisés par des passeurs.

    El Sol de Mexico titre sur le fait que, désormais, les citoyens du Honduras et du Salvador devront demander un visa pour entrer au Mexique, comme c’est le cas pour les citoyens du Guatemala et du Belize. Une manière de restreindre les arrivées selon le quotidien, qui indique que les consulats mexicains dans ces pays seraient également en train d’étoffer leurs services pour délivrer des permis de séjour en amont des départs.

    Selon le commissaire aux migrations mexicain cité par Reuters en espagnol, en 3 mois, 15 000 migrants ont été déportés sur les 300 000 qui ont traversé le pays pour se rendre aux États unis. 

    Brésil : mobilisation des autochtones contre la politique de Jair Bolsonaro

    Ils sont près de 800 000 dans le pays, réparties en 305 ethnies, rappelle le quotidien paraguayen la Nacion. Bon nombre de membres des communautés autochtones du Brésil se réunissent à partir d’aujourd’hui et jusqu’à vendredi, pour la 15e édition du Campement Tierra Libre. Une édition marquée par les inquiétudes des peuples premiers quant aux mesures prises par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Les responsables de la mobilisation, l’APIB, rappellent sur leur page Facebook que le nouveau président a démantelé l’organe public chargé de la politique des peuples autochtones, qu’il a transféré ses compétences au Ministère de l’Agriculture, lui-même contrôlé par des parlementaires ayant des intérêts dans les secteurs de l’agrobusiness. Ils dénoncent également les expulsions forcées, les attaques, les persécutions dont ils ont été victimes depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro le 1er janvier.

    Énième forme d’intimidation selon les organisateurs : le gouvernement a demandé à la Force nationale d’encadrer l’évènement : un corps spécial de policiers et de militaires qui est généralement envoyé en cas d’épisodes de violences urbaines.

    Chili : le président en visite en Chine

    Arrivé à Pékin, accompagné de parlementaires et d’hommes d’affaires, Sebastian Piñera a rencontré son homologue chinois Xi Jinping : « Nous sommes très impressionnés par la renaissance de la Chine au cours de la dernière décennie » a déclaré le président chilien, vantant les avancées technologiques et scientifiques du pays, principal partenaire commercial du Chili.  Le journal Cooperativa rappelle qu’un quart du commerce extérieur chilien dépend de la Chine, et que les flux ont augmenté de plus de 30% en un an.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.