GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Sous pression, le PDG de Boeing droit dans ses bottes face aux actionnaires

    media Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg lors de l'assemblée général des actionnaires du constructeurs aéronautique, le 29 avril à Chicago. Jim Young/Pool via REUTERS

    En pleine crise du 737 MAX après les crashs de la Lion Air et d’Ethiopian Airlines, le PDG de Boeing a obtenu lundi 29 avril un vote de confiance des actionnaires du constructeur aéronautique.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Droit dans ses bottes, Dennis Muilenburg a répondu calmement au flot de questions des actionnaires de Boeing lors de la première assemblée générale à Chicago depuis les catastrophes aériennes de la Lion Air et d’Ethiopian Airlines. Le PDG de l’avionneur américain a une nouvelle fois rejeté tout défaut de construction du 737 MAX, malgré deux crashs et 346 morts en cinq mois. Il va jusqu’à affirmer que les pilotes n’auraient pas « totalement » appliqué les procédures.

    Toutes les motions des actionnaires ont été rejetées, notamment celle visant à le priver d’une de ses deux fonctions de président du conseil d’administration et de directeur général de Boeing. Pas de démission donc. « Mon intention, dit-il, est de continuer à diriger sur le front de la sécurité. »

    « Beaucoup de voyageurs ont peur de cet avion. Comment allez-vous faire pour regagner la confiance ? », lui demande un actionnaire. « La modification du stabilisateur de vol en fera l’avion le plus sur du monde », promet le dirigeant.

    Cette modification du logiciel en cause dans les deux crashs est testée depuis des semaines. Après plus d’un mois d’immobilisation et un milliard de dollars de pertes, Dennis Muilenburg annonce qu’un dernier test devrait avoir lieu cette semaine ou la suivante avec l’agence fédérale de l’aviation (FAA), le régulateur américain également au cœur d’une controverse pour avoir délégué les contrôles de certification à Boeing.

    « Est-ce que vous êtes prêt à monter dans l’avion vous-même ? », lui demande un actionnaire. « J’ai participé à deux tests, dont le tout premier », répond le PDG de Boeing, qui espère voir voler à nouveau le 737 MAX dès juillet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.