GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: le gouvernement dénonce une tentative de coup d'État

    media Juan Guaido, ce mardi 30 avril 2019 à la base aérienne de La Carlota, à Caracas. REUTERS/Manaure Quintero

    Juan Guaido, évincé de son poste de président du Parlement fin mars, est repassé à l’offensive tôt ce mardi matin, lançant la phase finale de l'opération « Liberté » et appelant les Vénézuéliens et l’armée à « mettre fin à l’usurpation » aux côtés de Leopoldo López, autre dirigeant de l'opposition, sur une base militaire dans le centre de Caracas. Le gouvernement dénonce une tentative de coup d'État et les soutiens du président Maduro appellent à un rassemblement autour du palais présidentiel.

    Washington a appelé le ministre vénézuélien de la Défense à rallier Guaido. « Il est très important que des figures centrales du régime qui ont parlé à l'opposition sur les trois derniers mois (...) s'impliquent dans le transfert pacifique du pouvoir au président par intérim Juan Guaido », a déclaré mardi soir John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. Martelant que les événements en cours ne sont en aucun cas « un coup d'État », il a réaffirmé que « toutes les options » sont sur la table, sans donner d'autres précisions.

    « Je surveille de très près la situation au Venezuela. Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple du Venezuela et de leur liberté! », a tweeté de son côté le président américain.

    Tous les regards sont tournés à la fois vers la base militaire de La Carlota où le président Juan Guaido a appelé ses partisans à le soutenir et vers le palais présidentiel de Miraflores où doivent se rassembler les partisans du président Maduro. Des coups de feu ont été entendus près de la base militaire, rapportent les agences de presse. A Caracas, les heurts entre manifestants pro-Guaido et les forces de l'ordre ont fait 69 blessés.

    Le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, a confirmé sur son compte Twitter et dans un communiqué qu'une opération était en cours pour neutraliser un groupe de militaires « traîtres ». « Nous appelons le peuple à rester en état d'alerte maximum pour, aux côtés des glorieuses forces armées bolivariennes, déjouer la tentative de coup d'État et préserver la paix ». Le régime de Nicolas Maduro fait front, n’hésitant pas à déployer des blindés dans les rues et autour de la base militaire prise par les opposants. D’ailleurs, un de ces véhicules blindés n’a pas hésité à écraser volontairement un groupe de manifestant.

    Cela fait 20 ans qu’on a peur. Moi je vais avoir 70 ans et je suis ici avec mes enfants et mes petits-enfants. Il faut sortir pour soutenir ce mouvement !

    [Reportage] Les opposants à Maduro répondent à l'appel de Juan Guaido 30/04/2019 - par Benjamin Delille Écouter

    Le président de l'Assemblée constituante Diosdado Cabello, un proche de Nicolas Maduro, appelle quant à lui les Vénézuéliens à manifester leur soutien au chef de l'État en se rassemblant près du palais présidentiel.

    On ne sait pas pour l’instant si cette rébellion du groupe de militaires qui accompagne Guaido est généralisée. Si certains militaires ont été vus avec bandeaux bleus, près de la base militaire de la Carlota, en soutien à l’opposant, le ministre de l’Armée, Vladimir Padrino, a réaffirmé son soutien à Nicolas Maduro. ce dernier a par ailleurs assuré sur Twitter avoir « l'entière loyauté » des chefs de l'armée.

    Le gouvernement espagnol a été le premier à réagir, appelant à éviter toute effusion de sang, suivi par le président du Parlement européen, Antonio Tajani (issu du parti Forza Italia) qui célèbre un « moment historique » pour la « liberté ». La Colombie elle demande une réunion d'urgence du groupe de Lima.

    De leur côté, les Etats-Unis ont affiché ce mardi leur soutien au peuple vénézuélien dans sa « quête de liberté », réaffirmant leur appui sans faille à l'opposant Juan Guaido qui a revendiqué le ralliement de soldats depuis une base militaire de Caracas. La Russie a quant à elle accusé l'opposition de provoquer la confrontation et appelle à des pourparlers. Par la voix de sa cheffe de la diplomatie  Federica Mogherini, l'UE a appelé à la « plus grande retenue ». « L'Union européenne suit de près les derniers événements au Venezuela. Nous réaffirmons qu'il ne peut y avoir qu'une solution politique, pacifique et démocratique pour sortir des crises multiples qu'affronte le pays », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

    Guaido et Lopez sur la base militaire de La Carlota

    Les réseaux sociaux vénézuéliens et les médias d’opposition bruissaient de rumeurs depuis le petit matin. Le dirigeant de l’opposition Leopoldo Lopez, qui était aux arrêts domiciliaires après une condamnation à 13 années de détention, aurait été libéré par un groupe d’opposants au régime de Nicolas Maduro, et à l’initiative de Juan Guaido, rapporte le quotidien El Pais. Une libération symbolique précise notre correspondant Benjamin Delille, parce que Leopoldo Lopez a de nombreuses fois précisé que le jour de sa sortie serait le jour du départ de Nicolas Maduro.

    Les deux hommes disent s'être ensuite rendus sur la base militaire de La Carlota à Caracas, accompagnés d'un groupe de militaires, pour appeler l’armée à se joindre à leur initiative afin de « mettre fin à l’usurpation ». En fin de journée, le ministère chilien des Affaires étrangères a cependant annoncé que Leopoldo Lopez s'était réfugié à l'ambassade du Chili avec sa femme et l'un de ses trois enfants.

    Sur le réseau social Twitter, où il est très actif, Juan Guaido -qui a été révoqué jeudi 28 mars de son poste et écarté de toute fonction élective durant 15 ans pour corruption présumée- appelle l’armée à rejoindre son mouvement et déposer le président Nicolas Maduro, et les Vénézuéliens à se joindre au mouvement.

    La réaction en s’est pas faite attendre et tous les accès à la Carlota ont été bloqués. Dans une allocution à la radio et à la télévision ce mardi, Nicolas Maduro a affirmé que l'« escarmouche putschiste » de soldats qui ont fait défection pour rallier l'opposant Juan Guaido avait été mise en échec, tout en annonçant des « poursuites pénales » contre les responsables.

    Guaido: faire du 1er mai une grande démonstration de force

    Il y a 10 jours, Juan Guaido avait appelé la population à descendre dans les rues le 1er mai pour « la plus grande manifestation de l'histoire » du Venezuela, afin de contraindre Nicolas Maduro à quitter le pouvoir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.