GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Amériques

    Venezuela: retour sur une journée d'affrontements entre deux camps

    media Affrontements à la base aérienne Generalisimo Francisco de Miranda, dite La Carlota, à Caracas. Reuters/Ueslei Marcelino

    Mardi 30 avril 2019, l’opposant vénézuélien Juan Guaido a créé la surprise en se présentant de bonne heure sur la base militaire de La Carlota, entouré d’un groupe de militaires et du prisonnier politique Leopoldo Lopez, fraichement libéré. S'ensuivit une journée tendue, avec des affrontements extrêmement violents entre manifestants de l’opposition et forces de l’ordre. Reportage.

    Avec notre correspondant à Caracas,  Benjamin Delille

    Sur l’autoroute face à La Carlota, une base militaire située à Caracas, au Venezuela, les affrontements durent depuis des heures ce mardi 30 avril. Plus tôt dans la journée, Juan Guaido, le chef de file de l'opposition, a surpis tout le monde en se rendant sur place accompagné du prisonnier politique Leopoldo Lopez, tout juste libéré, et un groupe de militaires mutins.

    Identifié par un brassard bleu, ces derniers soutiennent les manifestants pro-Guaido. Des tirs se font entendre. Elizabeth s’éloigne, les yeux rougis : « On essaie de s’approcher et ils tirent des gaz lacrymogènes, de la chevrotine. Un jeune homme vient de passer avec le dos criblé de chevrotine. »

    Tout le quartier est en ébullition. Non loin de là, devant le ministère des Transports, des colectivos, paramilitaires proches du gouvernement, ont tenté de disperser la foule, sans succès selon Jorge. « Quand je suis arrivé, il y avait des colectivos qui affrontaient des policiers municipaux, raconte-t-il. Ils ont été repoussés à l’intérieur et ne sont toujours pas sortis. »

    Des coups de feu se font entendre. La foule répond par des centaines de pierres jetées vers le ministère. Tout autour du quartier, la présence militaire se fait plus pressante, les charges se multiplient. Rafael, 50 ans, dénonce une « répression imbécile » : « Nous espérons qu’ils vont avoir une prise de conscience au bout d’un moment et qu’ils vont rejoindre la cause de la liberté, celle du sauvetage de la démocratie. »

    Tous assurent vivre une journée historique, le début de la fin du gouvernement de Nicolas Maduro. Pourtant celui-ci semble bien décidé à rester, d’autant que le haut-commandement de l’armée lui a une nouvelle fois réitéré son soutien.

    Un coup de poker de l'opposition, pour les pro-Maduro

    Devant le palais présidentiel, ils sont quelques centaines à avoir répondu à l’appel du gouvernement. Enzo, 50 ans, assure que l’armée ne s’est pas retournée contre son président : « Ce ne sont que 100 militaires ! Et ils les ont abandonnés à La Carlota, tout seuls, ils se sont fait avoir… »

    Tous ont été rassurés par les mots de Vladimir Padrino, ministre de la Défense, qui a réitéré son soutien et celui du haut commandement des forces armées à Nicolas Maduro. Pour Felipe, 31 ans, l’opposition a tenté un coup de poker : « Ce qu’ils cherchent, c’est un spectacle médiatique pour que le reste du monde pense que l’on traverse une période de chaos dans notre pays. Et de cette manière, ils espèrent une intervention internationale pour contrer notre révolution bolivarienne. »

    Non loin de lui Gladys a foncé vers Miraflores dès qu’elle a entendu les mots « coup d’État ». Elle dit avoir l’impression de revivre celui de 2002, lorsqu’une foule impressionnante avait pris la rue pour exiger la libération du président Hugo Chavez. « Cela y ressemble beaucoup, mais il faut avouer qu’il existe un certain mécontentement au sein du peuple, admet-elle. Il n’y a pas autant de monde qu’à l’époque. C’est à cause de la guerre médiatique et économique qu’on nous livre…. »

    America Perez, militante chaviste 01/05/2019 - par Véronique Gaymard Écouter

    Quoi qu’il en soit, les chavistes ne sont pas inquiets : ils assurent qu’ils seront des millions dans les rues ce mercredi 1er mai pour contester ce coup de force de l’opposition. Juan Guaido, lui aussi, a appelé ses partisans à poursuivre les manifestations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.