GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Panama: Laurentino Cortizo, un nouveau président pour une nouvelle image

    media Laurentino Cortizo s'est s'adressé à ses partisans après que le tribunal électoral du Panama l'ait déclaré vainqueur de l'élection de dimanche, à Panama, le 5 mai 2019. REUTERS/Jose Cabezas

    « Sauver et transformer le Panama ». C’est sur cette promesse que Laurentino Cortizo, surnommé « Nito », s’est fait élire président du Panama dimanche. Un engagement qui passe par plus de transparence et la restauration de l’image de son pays salie notamment par le scandale des « Panama Papers » en 2016 et les scandales de corruption, dont celui lié à l’entreprise brésilienne de travaux publics Odebrecht. Élu pour cinq ans, ce chef d’entreprise et éleveur de profession a réussi à s’imposer comme le candidat du renouveau malgré une longue carrière politique.

    À 66 ans, le nouveau président panaméen a déjà « un certain nombre d’années d’expérience dans l’arène politique », souligne Sophie Wintgens, chargée d’étude à l’Université libre de Bruxelles. D'origine grecque et espagnole, Laurentino Cortizo fait des études aux États-Unis, et travaille pour l'Organisation des États américains (OEA). Chef d’entreprise et éleveur de profession, il se lance en politique en 1994. Il est élu député de la province de Colón, après s’être fait remarquer en allant à la rencontre de ses électeurs à cheval ou en pirogue.

    En 2000, il devient président de l’Assemblée nationale, avant d’être nommé ministre du Développement agricole par le président Martin Torrijos quatre ans plus tard. Il démissionne au bout de quinze mois pour marquer son opposition à l'assouplissement des normes sanitaires imposées par le traité de libre-échange avec les États-Unis. Des normes qu’il dit désormais avoir l’intention de respecter en tant que président.

    Plusieurs fois candidat à l’investiture présidentielle

    « Nito » Cortizo fait profil bas pendant quelques années, puis décide en 2008 de briguer l’investiture du Parti révolutionnaire démocrate (PRD, centre gauche) pour l’élection présidentielle, mais il échoue et termine en troisième position avec 9 % des suffrages.

    Après avoir renoncé à se présenter aux élections de 2013, il revient à la charge en 2018 et parvient à fédérer le PRD derrière sa candidature qui recueille plus de 67 % des voix lors de la primaire. En remportant l’élection présidentielle dimanche 5 mai, Laurentino Cortizo permet à son parti de revenir au pouvoir après dix ans dans l’opposition. Pour Sophie Wintgens de l’Université libre de Bruxelles, cette victoire est celle « du modèle dominant et de la politique traditionnelle, portée par l’élite politique et économique ».

    Gouverner « sans voler »

    Élu sur un programme qui fait la part belle à l’éducation et à la lutte contre la corruption, Laurentino « Nito » Cortizo a promis de rendre les institutions plus transparentes et de sanctionner les entreprises coupables de corruption. Il s’est également engagé à créer deux nouveaux ministères : ceux de la Culture et de la Femme.

    C’est cependant en axant son discours sur les inégalités, notamment lors de ses meetings en province, que le candidat du PRD a bâti sa victoire selon Sophie Wintgens. « C’est peut-être là qu’il a gagné son élection dans les parties les plus éloignées de Panama, où la pauvreté est la plus grande ».

    Si les partisans de « Nito » Cortizo louent son humilité et sa sensibilité sociale, ses détracteurs lui reprochent de s’entourer de députés impliqués dans des affaires de corruption. Des accusations réfutées par le nouveau président panaméen, qui assure que durant son mandat, personne ne sera « intouchable ».

    À lire aussi : Le Panama veut changer d’image

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.