GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: la cote de confiance de Guaido s'effrite

    media Le leader de l’opposition Juan Guaido lors d'une interview à l'agence de presse AFP, à Caracas, le 6 mai 2019. Yuri CORTEZ / AFP

    Au Venezuela, après l'échec du soulèvement militaire en sa faveur le 30 avril, le leader de l'opposition Juan Guaido affirme qu’un changement est très proche. Mais, face à la violence de la répression et à la crise économique, les Vénézuéliens qui soutiennent l’opposition semblent fatiguer. Reportage.

    Avec nos envoyés spéciaux à Caracas, Oriane Verdier et Boris Vichith

    Enrique habite avec sa mère dans un quartier populaire de Caracas. Il a participé plusieurs fois aux manifestations de l’opposition. Après avoir vu des jeunes se faire tuer, il n’est plus certain de trouver un sens à cette mobilisation.

    « L’opposition n’a rien changé depuis le début des manifestations. Des gens sont tués et ils s’en fichent. Ils restent au pouvoir pendant que des jeunes meurent. Tout ce qui est en train d’être fait ne va pas fonctionner », dit-il à RFI.

    Enrique a 20 ans. Aujourd’hui, il ne se dispute plus avec sa mère, chaviste de la première heure. Ils sont aussi désabusés l’un que l’autre. Juana dénonce la déconnexion des combats politiques face à la misère que vivent au quotidien les gens de son quartier.

    « J’ai été chaviste. J’ai été avec Chavez jusqu’à la fin. Lorsqu’il est mort, j’ai beaucoup pleuré. Ensuite, Maduro est arrivé et a tout gâché. La révolution est terminée. Soyons honnêtes, ceux qui sont au pouvoir maintenant volent tout ce qu’il y a dans ce pays. Ils ne pensent qu’à eux. Le peuple n’a qu’à se défendre comme il peut », affirme-t-elle.

    Juana respecte la mobilisation de son fils pour l’opposition. Mais elle lui interdit de participer aux prochaines manifestations. Elle craint qu’il ne se fasse tuer. Suite à la violence de la répression des manifestations du 1er-Mai, les rues de Caracas sont d’ailleurs restées très calmes samedi dernier malgré l’appel à se rassembler.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.