GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: pour ses premiers pas en bourse, Uber déçoit

    media Le PDG, Dara Khosrowshahi, et le co-fondateur de Uber, Ryan Graves, lors de l'introduction de leur société en bourse à New York le 10 mai 2019. REUTERS/Brendan McDermid

    L’entrée en bourse d’Uber ce 10 mai était la plus attendue de ces dernières années. Et finalement les premiers pas du leader mondial du VTC à Wall Street déçoivent ce vendredi. L’action du groupe californien dont la valorisation avait pourtant été revue à la baisse pour son introduction à 45 dollars a terminé en baisse de 7% pour son premier jour dans le temple mondial de finance.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

    Pour marquer l’évènement de l’année, Wall Street s’est revêtu des couleurs noires et blanches de la célèbre application de VTC. Son PDG est venu sonner la cloche, mais rapidement les premiers pas d’Uber en bourse ont déçu.

    Dès le premier ordre, le titre démarre trois dollars en dessous de son cours d’introduction. En fin de journée, son action termine à 41 dollars 57, une dégringolade de 7,62 %. Pourtant Uber avait joué la prudence, échaudé par les débuts chaotiques de son concurrent américain Lyft avec un plongeon de 30% de sa valeur depuis son introduction en mars.

    Pour éviter un tel scénario, Uber avait choisi un prix d’introduction au plus bas : 45 dollars, soit une valorisation de 82 milliards loin des 120 pronostiqués l’an dernier. Ce vendredi la société en vaut finalement 76.

    Un accueil plutôt froid des milieux financiers qui doutent de son modèle économique. Même si Uber affiche une croissance constante depuis sa création en 2009, l’entreprise a toujours été déficitaire et affiche déjà un milliard de perte cette année. Une situation habituelle pour un géant de la Sillicon Valley, Amazon également a longtemps perdu de l’argent.

    Mais les interrogations de Walls Street demeurent notamment sur le plan légal. Mercredi les chauffeurs Uber étaient d’ailleurs en grève aux États-Unis dénonçant la baisse de leurs revenus et une introduction en bourse dont seuls bénéficient selon eux actionnaires et dirigeants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.