GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: Maduro accuse l'ex-chef du renseignement d'être une «taupe de la CIA»

    media Le président Nicolas Maduro, au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, le 10 mai 2019. HO / Venezuelan Presidency / AFP

    L'ancien directeur des services vénézuéliens du renseignement est un «traître», qui a soutenu l'organisation d'un «coup d'État», a dénoncé vendredi 10 mai Nicolas Maduro dans une allocution diffusée par la télévision d'État. Le chef de l'Etat accuse Christophe Figuera d'avoir été «recruté par la CIA» il y a plus d'un an.

    « Nous avons réussi à prouver » que Christopher Figuera « a été recruté par la CIA il y a plus d'un an et qu'il travaillait comme traître, comme taupe, comme infiltré » au sommet du Sebin, le service du renseignement vénézuélien, a déclaré Nicolas Maduro.

    Selon le président Maduro, le général Figuera « a coordonné le coup d'État » raté de l'opposant Juan Guaido, la semaine dernière.

    La défection de Christopher Figuera avait été confirmée mardi 7 mai par le vice-président américain Mike Pence en annonçant que les sanctions américaines à son encontre étaient levées.

    Dans une vidéo diffusée jeudi soir, Christopher Figuera a affirmé avoir tout « sacrifié » et a accusé le gouvernement vénézuélien de « rendre le monde entier coupable des malheurs de notre pays ».

    « J'ai tout sacrifié (...) J'ai demandé au président Donald Trump de lever les sanctions contre notre pays et il a répondu qu'il le ferait, mais s'il y avait une autre administration », déclare Manuel Ricardo Cristopher Figuera, l'ex-dirigeant du Sebin dans cette vidéo diffusée par la chaîne NTN24. 

    Selon un décret présidentiel paru dans le Journal officiel divulgué vendredi, il a été dégradé et expulsé des forces armées avec 54 autres militaires par décret présidentiel, pour leur implication dans le soulèvement. Parmi eux se trouve aussi le lieutenant-colonel Illich Sanchez, désormais ex-responsable de la sécurité du Parlement où siège l'Assemblée nationale, seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition.

    Maduro renouvelle sa confiance au ministre de la Défense

    Nicolas Maduro a renouvelé sa confiance dans son ministre de la Défense, Vladimir Padrino, et dans le chef de la Cour suprême, Maikel Moreno. Selon Washington, qui soutient le président autoproclamé Juan Guaido, ces deux hommes ont discuté avec l'opposition de projets visant à évincer Nicolas Maduro et ont fait machine arrière le 30 avril.

    John Bolton, conseiller à la sécurité nationale avait lancé un ultimatum aux dirigeants militaires vénézuéliens. « Votre heure a sonné. C'est votre dernière chance », avait-il tweeté à l'adresse du ministre de la Défense Vladimir Padrino, du chef de la garde présidentielle Ivan Hernandez et du président de la Cour suprême Maikel Moreno.

    Le bras droit de Guaido transféré dans une prison militaire

    Au plan judiciaire, dix députés d'opposition, qui ont participé activement au soulèvement manqué du 30 avril dernier, sont inculpés de « haute trahison » et de « complot », dont le vice-président de l'Assemblée nationale Edgar Zambrano. Le bras droit de Juan Guaido a été arrêté et placé en détention provisoire à la prison de la police militaire du Fort-Tiuna, le principal complexe militaire de Caracas, a indiqué la Cour suprême.

    ►A lire aussi: Venezuela: un député d'opposition annonce s'être réfugié en Colombie

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a exigé jeudi la libération « immédiate » d'Edgar Zambrano et que cesse « attaque contre l'Assemblée nationale ».

    Washington sanctionne des navires

    Ce vendredi, Washington a annoncé des sanctions contre deux compagnies qui opèrent dans le secteur pétrolier vénézuélien ainsi que deux de leurs navires, « en réponse » aux poursuites contre les dix députés.

    Deux compagnies de transport maritime, Monsoon Navigation Corporation, dont le siège est aux îles Marshall, et Serenity Maritime Limited, basée au Liberia, sont ajoutées à la liste noire américaine. Leurs navires respectifs Ocean Elegance et Leon Dias sont accusés d'avoir « transporté du pétrole du Venezuela vers Cuba », a affirmé le Trésor américain dans un communiqué.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.