GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Aujourd'hui
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: des centaines d'établissements en grève face aux coupes budgétaires

    media Manifestation contre les coupes dans l'éducation. Rio de Janeiro, le 15 mai 2019. REUTERS/Pilar Olivares

    Des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues, mercredi 15 mai 2019 au Brésil, pour manifester contre les coupes budgétaires dans l’éducation. Des centaines d’établissements étaient en grève suite à l’annonce récente du gel de 30% des subventions aux universités fédérales et à la suppression de milliers de bourses d’études. C’est le premier mouvement national depuis la prise de pouvoir du président d’extrême droite, Jair Bolsonaro.

    De notre correspondante à Rio de Janeiro,  Sarah Cozzolino

    « Il y a de l’argent pour les milices, mais pas pour l’éducation », dénonce la foule de manifestants dans le centre de Rio.

    Pour Alana Couto, étudiante en pharmacie à l’université fédérale Fluminense, les coupes budgétaires auront des conséquences pour tous les Brésiliens.

    « Ça va affecter directement le fonctionnement de l’université, mais aussi des services qu’elle fournit à la population, comme la clinique ou encore la pharmacie universitaire. Ce sera une grande perte pour les habitants. On doit lutter contre ça », estime la jeune femme.

    Pour justifier ces coupes, le gouvernement accuse les universités publiques d’entretenir un « marxisme culturel ». Une rhétorique qui inquiète Eugenio Cruz, professeur de droit.

    « Ce gouvernement veut en finir avec la diversité des opinions, qui est l’essence de la démocratie. Il veut imposer une pensée unique », dénonce ce dernier.

    Depuis le Texas, où il recevait un prix ce mercredi, Jair Bolsonaro a qualifié les manifestants d'« idiots utiles ». Alors Marcelo Cunha, chercheur en épistémologie, a décidé de défiler pour la première fois depuis la prise de pouvoir du président brésilien.

    « On n’en est qu’au cinquième mois de ce gouvernement, dit-il, et on se demande ce qui va encore pouvoir nous arriver. On pense au gâchis qui peut être fait jusqu’à la fin de son mandat. »

    A la fin d’une marche pacifique le long de l’avenue Presidente Vargas, des affrontements ont eu lieu entre la police militaire et les manifestants. Un bus a par ailleurs été brûlé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.