GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Crise économique au Venezuela: la banque centrale publie des chiffres

    media Un Vénézuélien tient une pancarte sur laquelle il est écrit: «Aide humanitaire maintenant» à Cucuta, ville frontalière entre la Colombie et le Venezuela, le 6 février 2019. REUTERS/Luisa Gonzalez

    L'économie vénézuélienne est exsangue. Cela dure depuis des années et, pour la première fois, Caracas le reconnaît officiellement. Les autorités vénézuéliennes ont publié des chiffres portant sur l'inflation et sur la croissance du pays, qui aurait ainsi diminué de moitié en l'espace de cinq années. Un aveu surprenant, quoique toujours très éloigné de la situation réelle, encore plus catastrophique.

    Sur quoi reposent ces chiffres, et que cherchent les autorités de Caracas en les publiant maintenant ?

    Ce sont les deux questions que l'on peut se poser à la lecture des estimations de la Banque centrale du Venezuela, qui n'avait plus rien sorti depuis trois ans.

    Selon ces chiffres, l'inflation aurait atteint plus de 130 000% en 2018. C'est énorme, mais le Fonds monétaire international l'estime, lui, à plus de 1 300 000% en 2018, et même 10 000 000% en 2019 ! Concrètement, un kilo de farine coûte à peu près la moitié du salaire minimum.

    Pour échapper à ces prix exorbitants et aux nombreuses pénuries d'aliments de base et de médicaments, plus de trois millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, selon les Nations unies.

    Caracas reconnaît aussi que la croissance de son économie s'est réduite de moitié entre 2013 et 2018, et que sa production de pétrole, socle unique de son économie, a été divisée par trois en dix ans.

    En cause, selon de nombreux économistes, le manque d'investissements dans les infrastructures pétrolières nationales et l'absence de diversification de l'économie.
    Le président en exercice, Nicolas Maduro, pointe, lui, la responsabilité des États-Unis, des sanctions économiques qu'ils imposent au Venezuela et de leur soutien à l'opposant et président autoproclamé par intérim Juan Guaido.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.