GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: la Cour suprême ordonne la libération immédiate d'un ex-chef des FARC

    media Seuxis Paucias Hernandez, connu sous son nom de guerre Jesus Santrich, à son arrivée à la Cour de Paloguemao à Bogota, le 20 mai 2019. REUTERS/Luisa Gonzalez

    Jesus Santrich, qui a obtenu un siège de député suite aux accords de paix, avait été arrêté en avril 2018 à la demande des États-Unis qui veulent le juger pour trafic de cocaïne. La décision de la Cour suprême est un revers pour le président Ivan Duque, qui avait promis de l'extrader. Elle révèle surtout les profondes divisions de la société colombienne au sujet de l'accord de paix signé avec les FARC.

    Juger les crimes les plus graves commis pendant plus de 50 ans de guerre civile. C'est le rôle de la JEP, la juridiction spéciale pour la paix issue des accords signés entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC en novembre 2016. Elle prévoit des peines alternatives à la prison pour les repentis et les protège d'une extradition, qu'ils soient anciens guérilleros ou membres des forces armées.

    Un principe qui a toujours divisé les Colombiens, mais le fossé se creuse depuis l'arrivée d'Ivan Duque au pouvoir en 2018. Pour le président de droite et ses partisans, trop de concessions ont été accordées aux guérilleros. Ils aimeraient amender l'accord de paix pour permettre au tribunal spécial de prononcer des peines plus lourdes.

    Un revers pour le président

    Alors le dossier Jesus Santrich s'est transformé en bras de fer. En deux semaines, la JEP a décidé de faire libérer l'ancien chef des FARC, le procureur général a préféré démissionner plutôt que d'appliquer la décision, le prisonnier a tenté de se couper les veines, il est sorti de prison avant d'être à nouveau arrêté sur de nouvelles accusations.

    ► Lire aussi : Colombie, autour du cas Santrich, la justice en plein chaos

    Ce mercredi 29 mai, la Cour suprême a tranché et demandé au président d'appliquer l'accord de paix. Et pas d'appel possible. Un contrecoup pour Ivan Duque, qui cherchait à fragiliser la Juridiction spéciale, qui a des milliers de dossiers en attente. Mais la bataille n'est sûrement pas terminée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.