GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Reportage] Brésil: des milliers étudiants se mobilisent contre Bolsonaro

    media Manifestation d'étudiants contre le gouvernement de droite du président brésilien Jair Bolsonaro. Ils protestent contre la réduction des dépenses consacrées à l'enseignement supérieur. Sao Paulo, le 30 mai 2019. REUTERS/Marcelo Chello

    Les Brésiliens sont à nouveau descendus dans les rues jeudi 30 mai. Ils manifestaient contre les coupes budgétaires dans le secteur de l’éducation annoncées par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Un gel de 30% du budget des universités fédérales et la suppression de milliers de bourses qui met les Brésiliens en colère.

    Avec notre correspondante à Rio de Janeiro,  Sarah Cozzolino

    « Plus d’éducation et moins de haine », a écrit Douglas Brambila sur sa pancarte. Originaire de l’État de Sao Paulo, il ne pourrait pas continuer à étudier sans sa bourse :« On ne nous encourage pas à poursuivre des études. Si on me retire ma bourse, je serai obligé de faire mes valises et de rentrer chez mes parents. Je devrai abandonner mon doctorat ».

    Parmi les manifestants, certains ne sont pas encore étudiants, mais déjà inquiétés par leur avenir, comme Mariana Diope, âgée de 18 ans. « Je veux étudier les sciences sociales, mais Bolsonaro parle d’en finir avec la sociologie, raconte-t-elle. Donc ça me préoccupe beaucoup. Rester au Brésil pour commencer une matière que je ne pourrai peut-être pas terminer... »

    Mariana réfléchit à tenter sa chance pour étudier à l’étranger. C’est ce que Vivian Miranda a fait. Cette astrophysicienne et transsexuelle collabore désormais avec la Nasa. Mais de passage à Rio pour donner un cours, elle a tenu à participer à la manifestation : « Tout ce que les États-Unis et les autres pays attendent, c’est que le Brésil fasse ces coupes pour que les cerveaux brésiliens travaillent chez eux. Si on veut un projet national de développement scientifique, on ne peut pas couper ! »

    « Il n’y aura pas de coupes, nous allons lutter », crient les manifestants. Mobilisés aussi contre la réforme des retraites, ils marcheront de nouveau dans les rues le 14 juin prochain, cette fois-ci pour une grève générale.

    ► À écouter aussi : Reportage International. Brésil: l’éducation menacée sous le gouvernement Bolsonaro

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.