GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Salvador: les principaux défis du nouveau président Nayib Bukele

    media Le président élu du Salvador, Nayib Bukele, au Département d'État américain à Washington, le 7 mai 2019. REUTERS/Tom Brenner

    Nayib Bukele, le nouveau président du Salvador, élu dès le premier tour en février avec plus de 53% des voix, prend ses fonctions ce samedi 1er juin. Le publicitaire a officiellement convié le peuple salvadorien à la cérémonie prévue à 9h00, heure locale, dans le centre historique de la capitale, San Salvador. De nombreux défis attendent le plus jeune président jamais élu au Salvador, petit pays d'Amérique centrale parmi les plus pauvres et les plus violents de la région. 

    Veste en cuir, barbe travaillée, très actif sur les réseaux sociaux, le nouveau président Nayib Bukele détonne dans le paysage politique salvadorien. A bientôt 38 ans, ce fils d’un homme d'affaires d'origine palestinienne a promis de combattre la corruption. Son credo : « Il y a assez d'argent au Salvador quand personne ne le vole. »

    Alors que ses trois prédécesseurs ont été poursuivis pour détournement et blanchiment, lui milite pour la création d'une commission internationale contre l'impunité.

    Mais Nayib Bukele va devoir avant tout relever l'économie, s'atteler à la création d'emplois, première attente de ses électeurs. Plus de 30% des Salvadoriens vivent sous le seuil de pauvreté.

    À cela s'ajoute une violence endémique : rackets, assassinats, les gangs qui contrôlent le trafic de drogue font la loi dans ce petit pays d'Amérique centrale très densément peuplé. Sur ce point, le nouveau président dit privilégier la prévention à la répression.

    L'insécurité et la misère poussent chaque année des milliers de Salvadoriens sur les routes. Rien qu'à l'automne 2018, ils étaient plus de 3 000 à rejoindre les caravanes de migrants à destination des États-Unis.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.