GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: manifestation contre la légalisation de l'avortement

    media À Buenos Aires, quelques milliers de personnes étaient rassemblées samedi 8 juin pour manifester contre le droit à l’avortement. REUTERS/Pablo Stefanec

    À Buenos Aires, quelques milliers de personnes étaient rassemblées samedi 8 juin pour manifester contre le droit à l’avortement. Il y a dix jours, un groupe de députés a déposé devant le Congrès une nouvelle proposition de loi visant à autoriser l’interruption volontaire de grossesse. Un texte qui suscite une levée de boucliers chez les anti-avortement.

    Avec notre correspondante à Buenos Aires, Aude Villiers-Moriamé

    « On ne veut pas que l’avortement soit légal en Argentine ». Le message de ces jeunes manifestants est clair. La plupart d’entre eux portent noué à la main ou au cou un foulard bleu ciel sur lequel il est écrit « salvemos las dos vidas », « sauvons les deux vies ».

    « Sauver la vie de la personne qui se trouve dans le ventre d’une femme est aussi important que sauver la vie de cette femme, raconte Daiana Acosta, étudiante. Vous le voyez bien, l’Argentine est complètement en faveur de la vie. Et pour des raisons politiques, on essaie de nous imposer une loi alors que les Argentins sont contre. »

    L’Argentine est pourtant passée très près, l’an dernier, de légaliser l’interruption volontaire de grossesse. La proposition de loi a été approuvée par la Chambre des députés puis rejetée en août par le Sénat, à 7 voix près.

    Il y a dix jours, un nouveau texte pour le droit à l’IVG a été présenté devant le Congrès. Les anti-avortement restent donc fortement mobilisés, comme Gabriela Roxana Ojeda, médecin généraliste : « En Argentine, toutes les méthodes de contraception sont en libre accès. Ce qu’il manque ici, c’est de l’éducation sexuelle, sans théorie du genre. Nous n’avons pas à résoudre les conséquences de ce manque de prévention. »

    Les associations féministes estiment qu’en Argentine, près de 500 000 femmes avortent clandestinement chaque année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.