GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Contrairement aux dires de Trump, l’accord États-Unis-Mexique négocié en amont

    media La police militaire observe le travail d'un agent de l'immigration qui contrôle un véhicule, à Tapachula, près de la frontière sud du Mexique, le 8 juin 2019. (Photo d'illustration) REUTERS/Jose Cabezas

    Tout au long du week-end, Donald Trump s’est félicité de l’accord obtenu avec le Mexique, vendredi 7 juin, pour lutter contre l’immigration clandestine. Sauf que, selon la presse américaine, le Mexique s’était engagé à faire ces concessions depuis plusieurs mois déjà.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

    En fanfare sur Twitter, le 45e président des États-Unis clame que l’accord anti-migrants conclu avec le Mexique le 7 juin signe le succès de sa méthode de négociation musclée. Or, selon le New York Times, si les menaces de Donald Trump ont accéléré les discussions, le Mexique avait en fait déjà promis en mars de déployer 6 000 agents de sa garde nationale à la frontière pour empêcher les passages de migrants. Une promesse faite par le ministre de l’Intérieur mexicain à la secrétaire à la Sécurité nationale lors de négociations secrètes à Miami.

    Deuxième point de l’accord de vendredi, la réforme des procédures de demande d’asile politique. Là encore, l’annonce de l’obligation pour les demandeurs de patienter côté mexicain et non plus aux États-Unis pendant le traitement de leur dossier avait déjà été faite, en décembre 2018, par les autorités américaines.

    Enfin, ce samedi, Donald Trump assurait sur Twitter que le Mexique s’était également engagé à acheter de grandes quantités de produits aux agriculteurs américains. Mais trois sources officielles mexicaines, citées par l’agence Bloomberg, assurent ne pas être au courant d’un tel engagement, précisant que l’agriculture n’a pas fait partie des discussions de la semaine précédente à Washington.

    Fausses nouvelles de « médias corrompus », a immédiatement tweeté Donald Trump, manifestement énervé par ces informations minimisant ses talents de négociateur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.