GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: le «New York Times» révèle la perte d’archives musicales d'Universal

    media Chuck Berry et son rock endiablé faisaient partie des archives. Le musicien, ici, en 1968. Getty/Michael Ochs Archives

    « Le plus grand désastre de l’histoire de l’industrie de la musique » titre le New York Times pour évoquer la disparition en fumée de décennies d’enregistrements musicaux. Une enquête du quotidien révèle ce mardi ce que les studios Universal à Hollywood tentaient de dissimuler depuis plus de dix ans : la perte de quasiment tous les enregistrements réalisés par leurs studios depuis les années 1940 lors d’un incendie en 2008.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Le premier enregistrement de « Rock Around the Clock » fait partie des quelque 500 000 titres disparus. Universal avait racheté un nombre considérable de studios et possédait un trésor inestimable : les enregistrements originaux des albums de centaines de musiciens depuis les années 40.

    Bill Halley, Chuck Berry et leur rock endiablé, mais aussi les plus grands noms du jazz : Billie Holiday, Louis Armstrong, Duke Ellington. Ceux de la musique pop comme Elton John, REM, Police ou encore de la scène grunge, avec les premières sessions en studio de Nirvana.

    Pendant plus d’une décennie, les studios ont voulu cacher la disparition de ce trésor. Après l’incendie de 2008, l’accent a été mis sur les pertes de films, mais l’évaporation des archives musicales a été passée sous silence.

    C’est au terme d’une longue enquête que le New York Times révèle cette perte irréparable. Les enregistrements analogiques d’origine sont en effet indispensables pour toute copie de qualité sur un nouveau support. « La disparition d’un master, c’est comme si l’on n’avait plus qu’une photo des toiles de Léonard de Vinci » commente un expert, « ou comme si le chef d’un grand restaurant était condamné à cuisiner à partir de plats déjà préparés en usine. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.