GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Iran déclare avoir abattu un drone américain sur son territoire (TV)
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    • Disparition de Philippe «Zdar», du duo électro français Cassius (agent)
    Amériques

    Guatemala: fin de campagne présidentielle sur fond de violences et de corruption

    media Sandra Torres, la candidate de l'Union nationale de l'espoir, le 9 juin 2019. REUTERS/Luis Echeverria

    Dimanche 16 juin, huit millions de Guatémaltèques sont appelés aux urnes pour élire leur président. Les nombreux candidats en lice sont dans la dernière ligne droite : ils ont encore trois jours pour convaincre les électeurs de voter pour eux. Ce que l’on retient de cette campagne électorale, qui a duré trois mois et prend fin vendredi soir, c’est qu’elle a été totalement atypique en raison de l’intervention de la justice tout au long de la campagne.

    De notre correspondant

    Pour des raisons légales ou pénales, le tribunal électoral et surtout la Cour constitutionnelle ont annulé la participation de cinq candidats présidentiels qui étaient en campagne depuis un ou deux mois déjà. Deux d’entre eux ont même été évincés il y a une semaine seulement. Cette situation a provoqué beaucoup d’incertitudes et de désarroi chez les électeurs qui ne savent plus pour qui voter.

     

    Des candidats disqualifiés
     

    Parmi les candidats exclus de la course à la présidence se trouvent deux femmes que les sondages plaçaient en deuxième et troisième position. Pour un motif constitutionnel, Zury Rios a été écartée parce qu’elle est la fille de l’ex-dictateur Efraín Rios Montt, décédé l’an passé. Quant à sa concurrente directe, Thelma Aldana, elle l’a été pour des raisons politiques. Connue comme La Justicière, elle a été la procureure la plus redoutée du Guatemala à cause de sa croisade anti-corruption qui l’a conduite à mettre en prison l’ex-président Otto Pérez. Et donc sa candidature a provoqué la panique dans une partie de la classe politique qui a tout fait pour exclure de la course à la présidence celle qu’on appelle La Justicière, l’obligeant même à s’exiler.

    Sandra Torres en tête

    Ils étaient 24 au départ. Ils sont encore dix-neuf à concourir. Selon les sondages, c’est Sandra Torres qui est en tête. Celle qui fut l’épouse de l’ex-président Alvaro Colom brigue pour la seconde fois la présidence. Mais contrairement à ses ex-rivales, elle a réussi à éviter l’écueil judiciaire, bien qu’elle soit soupçonnée de financement illicite de son parti lors des élections de 2015, où elle était arrivée seconde, derrière l’actuel président Jimmy Morales.

     

    Il semblerait que les électeurs qui étaient prêts à voter pour Zury Rios reportent leur suffrage sur les petits partis, notamment celui d’Alejandro Giammattei. C’est la quatrième fois qu’il se présente, chaque fois avec un parti différent. Mais alors qu’il avait toujours été largement battu, il se retrouve en deuxième position derrière Sandra Torres et pourrait bien participer au second tour, le 11 août prochain.

    Un État gangrené par la violence
     

    La campagne électorale s’est déroulée dans un climat de violences sociales et politiques. Une dizaine de candidats locaux ont été assassinés, d’autres séquestrés. Et les narcotrafiquants ne sont non plus pas étrangers à cette violence. Ils sont même intervenus directement dans le processus électoral en finançant la campagne de deux candidats présidentiels, dont celle de Mario Estrada qui a été arrêté aux États-Unis en raison de ses liens avec le cartel de Sinaloa ! Il aurait demandé de l’argent aux narcotrafiquants mexicains pour sa campagne, en échange de quoi, en cas de victoire, il leur aurait facilité le transport de la drogue aux États-Unis !

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.