GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Ceta: le Canada «heureux» du vote de l'Assemblée nationale française (gouvernement)
    Amériques

    «Lâches», «trahison»: Donald Trump s'en prend encore au «New York Times»

    media Le président américain Donald Trump, le 14 juin 2019 à Washington. REUTERS/Leah Millis

    Le président américain Donald Trump a accusé sur Twitter le New York Times de « trahison » après la publication d’un article sur la cyberguerre avec la Russie.

    Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

    Comme à son habitude, c’est sur Twitter, son réseau social préféré, que Donald Trump s’est attaqué au New York Times. « Les médias corrompus sont prêts à dire n’importe quoi sans réfléchir aux conséquences », a écrit le président américain. « Ce sont de vrais lâches. »

    Cette nouvelle pique survient après la publication par le New York Times d’une enquête sur la cyberguerre entre Washington et Moscou. Selon le quotidien, qui dit détenir ses informations de hauts responsables, Washington aurait intensifié ses opérations informatiques, et notamment ses incursions dans le système électrique russe. Les Américains pourraient ainsi plonger la Russie dans le noir en cas de besoin (article en anglais).

    Toujours selon le journal, Donald Trump aurait été tenu à l’écart des détails de ces opérations par crainte « de sa réaction ou qu’il n’en parle à des dirigeants étrangers ». En 2017, il avait par exemple évoqué une opération secrète en Syrie devant le ministre russe des Affaires étrangères, explique le quotidien.

    Sur Twitter, Donald Trump n’hésite pas à parler d'« acte virtuel de trahison » de la part du New York Times qu’il qualifie une nouvelle fois d’ennemi du peuple. Le journal a aussitôt réagi en affirmant avoir vérifié auprès de responsables de la sécurité nationale que l’article ne posait aucun risque. Le New York Times estime également que les propos du président et le fait d’accuser la presse de trahison sont dangereux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.