GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    Amériques

    Brésil: le chef de la Banque de développement démissionne

    media Le président de la puissante Banque nationale de développement économique et social du Brésil (BNDES) Joaquin Levy a annoncé dimanche sa démission après avoir été menacé de limogeage par Jair Bolsonaro. EVARISTO SA / AFP

    Le départ de Joaquim Levy qui aggrave encore l’instabilité politique que traverse le pays. Il s’agit de la seconde démission en quelques jours et de la quatrième depuis l’investiture de Jair Bolsonaro il y a six mois.

    Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

    « Je ne le supporte plus ». Le président brésilien n’avait pas mâché ses mots samedi à l’égard de Joaquim Levy, l’ancien numéro trois de la Banque mondiale qui était venu prêter main-forte au gouvernement Bolsonaro. Le président n’avait pas hésité non plus à dire que la tête de Joaquim Levy était « mise à prix ». Son crime : avoir nommé un directeur de la banque qui avait travaillé, comme lui, au sein d’un gouvernement de gauche dans le passé.

    Résultat : le président de la Banque nationale de développement économique et social (BNDES), tout comme le directeur en question, a décidé de quitter le gouvernement dimanche. Cette institution est la cible de l'hostilité de Jair Bolsonaro, qui a promis d'enquêter sur ses finances et de révéler d'hypothétiques cas de corruption en son sein.

    Ces départs font suite à la démission du général Santos Cruz la semaine dernière. Le secrétaire du gouvernement Bolsonaro avait été l’objet de féroces critiques de l’extrême droite et des propres fils du président Bolsonaro, qui exercent une influence croissante au sein du gouvernement.

    Quant à Jair Bolsonaro, il a justifié son projet d’armer la population civile pour éviter, dit-il, que les gouvernants instaurent une dictature.

    Certains alliés commencent déjà à s’interroger : selon le président de la Chambre des députés, Rodrigo Maia, le gouvernement serait devenu une usine qui fabrique des crises en série.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.