GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Reportage] Venezuela: des milliers d'affamés passent chaque jour en Colombie

    media Une foule de Vénézuéliens se presse sur le pont Simon Bolivar, depuis San Antonio del Tachira, Venezuela, à Cucuta en Colombie, le 9 juin 2019. Schneyder MENDOZA / AFP

    Cela fait maintenant plus d’une semaine que la frontière piétonne avec la Colombie a été rouverte. Depuis, entre 35 et 50 000 Vénézuéliens se pressent chaque jour pour entrer dans le pays, soit pour acheter des produits de première nécessité, soit pour émigrer. Pour les aider, une cantine populaire offre 8000 repas par jour aux plus nécessiteux.

    Avec notre envoyé spécial à San Antonio, Benjamin Delille

    À quelques rues du pont Simon Bolivar, ils sont des centaines à s’engouffrer dans une grande cour où sont installées de longues tables en bois protégées du soleil. L’heure du déjeuner approche et Juan Carlos, le coordinateur de la casa de paso de la divina providencia, une cantine populaire tenue par des religieux, accueille les personnes qui entrent. « La grande majorité sont des Vénézuéliens "pendulaires", des personnes qui traversent le pont pour la journée. »

    C’est le cas d’Orlando, un cul-de-jatte arrivé le matin même de Caracas, à plus d’une dizaine d’heures de bus. Il a préféré faire ce long trajet plutôt que de rester mendier dans les rues de la capitale, « Il n’y a rien à manger à Caracas, ni dans tout le Venezuela, explique-t-il. Il n’y a pas de travail, il n’y a rien. C’est la première fois que je viens ici. Là, je rentre à Caracas mais je vais revenir.  »

    Trop de monde

    Autour de lui, beaucoup ne retraverseront pas le pont dans l’autre sens. Jesus veut rallier le Pérou à pied avec sa femme et son fils, sans un sou en poche. « On n’a rien, juste la famille. Mais la situation nous oblige à quitter notre pays. »

    Un profil de plus en plus courant, selon Juan Carlos. « La grande majorité n’a pas des papiers. Ils traversent clandestinement. Mais pour venir ici, il n’y a pas de discrimination, on ne demande aucun document.  »

    Ce qu’il regrette, c’est que la cantine n’arrive plus à servir toutes les personnes qui se présentent. Surtout depuis la réouverture de la frontière. «  Le samedi où ils ont ouvert, on a préparé 700 déjeuners de plus, et on a dû refuser 2 000 personnes qui n’ont pas pu manger », se souvient-il.

    Quelques minutes plus tard, une fois de plus, Juan Carlos doit fermer les portes de la cantine, alors que plusieurs centaines de personnes attendent encore dehors.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.