GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: Mark Esper mettra-t-il fin à la vacance du ministère de la Défense?

    media Mark Esper en 2018 à Austin, au Texas. CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

    En pleine crise avec l'Iran, Donald Trump a désigné un nouveau ministre de la Défense. Mark Esper doit remplacer Patrick Shanahan, qui s'est désisté avant sa confirmation au poste par le Sénat. Mark Esper, qui a combattu en Irak lors de la première guerre du Golfe, était jusqu'ici ministre adjoint chargé de l'Armée de terre. Cela fait six mois que les États-Unis n'ont plus de titulaire à la tête de ce ministère.

    Au Pentagone, il n'y a plus personne à la barre depuis décembre 2018 et la démission fracassante de James Mattis, en désaccord avec le président Trump sur plusieurs dossiers. Cinq mois plus tard, Patrick Shanahan a été désigné, mais il ne sera jamais titularisé.

    C'est que le processus est long et complexe. D'abord, la police fédérale (FBI) fouille le passé du candidat et transmet un rapport au Sénat, qui approuve ou non cette nomination. Dans le cas Shanahan, la police fédérale a déterré une affaire de violence conjugale, qui a poussé le ministre par intérim à se retirer la semaine passée.

    Passé de lobbyiste

    À 55 ans, Mark Esper entamera lundi le même processus. L'ancien militaire jouit d'un grand respect au Pentagone, et a davantage d'expérience politique. Mais son passé de lobbyiste pourrait compliquer sa confirmation, alors les vacances parlementaires approchent et qu'il reste peu de temps pour un vote de confirmation avant l'automne.

    En attendant, le Pentagone est affaibli. Sa salle de conférence de presse n'a pas été utilisée depuis un an. Plusieurs élus républicains plaident pour une accélération du processus de titularisation au nom de la sécurité nationale. Le président Trump, lui, semble se satisfaire de la situation. Il a déclaré « aimer les ministres intérimaires », qui lui donnent, dit-il, « plus de flexibilité ».

    ► À écouter aussi : Trump centré sur sa réélection en 2020

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.