GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Ceta: le Canada «heureux» du vote de l'Assemblée nationale française (gouvernement)
    Amériques

    Selon la presse américaine, Washington a validé des cyberattaques contre l'Iran

    media Le président des États-Unis Donald Trump, son conseiller spécial à la sécurité John Bolton et son secrétaire d'État Mike Pompeo. Washington, le 20 juin 2019. REUTERS/Jonathan Ernst

    « Il ne faut pas confondre prudence et faiblesse », un avertissement de John Bolton au régime iranien. Le conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump enfonce le clou, alors que les tensions sont au plus haut entre Téhéran et Washington. Dernier épisode de ce conflit qui s'intensifie : des attaques informatiques auraient été lancées par le Pentagone contre plusieurs installations iraniennes.

    Deux cibles principales. D'abord, une entité liée aux services de renseignement. Elle aurait, selon les sources anonymes citées dans la presse américaine, soutenu le sabotage de plusieurs navires dans le détroit d'Ormuz ces dernières semaines. L'autre objectif de ces cyberattaques présumées : un système d'armement, dont le piratage visait à perturber les tirs de missiles du régime iranien.

    D'après le quotidien The Washington Post, le président Trump en personne a donné son feu vert à cette opération. A-t-elle réussi ? C'est impossible à vérifier, mais tous les experts sont d'accord : ce genre d'intrusion informatique est forcément temporaire. Même si les serveurs iraniens ont bien été affectés, ils pourront être remis en service à court ou moyen terme.

    Pour Washington, c'est le message qui compte: nous avons les moyens de vous causer du tort, en substance. Une réponse aussi à l'intensification des menaces numériques signalées depuis avril aux États-Unis. Des hackers liés au régime iranien sont soupçonnés d'avoir ciblé dernièrement plusieurs agences gouvernementales américaines ainsi que des entreprises des secteurs financier et pétrolier.

    ► À lire aussi : Entre les États-Unis et l'Iran, la guerre des mots

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.