GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Migrants: le Mexique déploie 15000 soldats à sa frontière avec les Etats-Unis

    media Une patrouille de soldats mexicains à la frontière avec les États-Unis, le 24 juin 2019. REUTERS/Jose Luis Gonzalez

    Le Mexique commence à appliquer l'accord sur l'immigration conclu le 7 juin avec Washington. Après la mise en place d'un vaste contingent de soldat à sa frontière sud touchant le Guatemala, Mexico a déployé près de 15 000 soldats et membres de la Garde nationale dans le nord du pays. Leur rôle officiel : tenter de limiter le nombre de migrants clandestins qui traversent la frontière avec les États-Unis. Mais de quelle façon ? Washington menace en tout cas de taxer les produits importés du Mexique si l'efficacité de ces mesures n’est pas démontrée.

    Pour prouver que les mesures fonctionnent, le pays emploie les grands moyens. « Nous avons un déploiement total, entre la Garde nationale et les membres de l'armée, de près de 15 000 hommes dans le nord du pays », a déclaré lundi le ministre de la Défense, Luis Cresencio Sandoval, lors d'une conférence de presse en compagnie du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

    Le Mexique n'arrêtera pas les migrants, assure AMLO

    Quel est le rôle exact des soldats et membres de la Garde nationale déployés à la frontière nord ? Le président mexicain explique qu'ils sont avant tout chargés de réguler les flux migratoires. Ils peuvent légalement interpeller des migrants en situation irrégulière et les remettre aux services de l'Immigration. Mais ils n'ont pas reçu l'ordre d'arrêter ceux qui traversent la frontière clandestinement, assure Andres Manuel Lopez Obrador.

    Son zèle a répondre aux exigences de Washington suscite tout de même les critiques. D'autant plus que le Mexique devient la salle d'attente des migrants qui demandent l'asile aux États-Unis.

    Des expulsions en grand nombre

    Ecoutez la réaction d'Isabel Sanchez Quirarte (en espagnol)

    Par Carlos Maya Pizarro

    25/06/2019 Écouter

    Les services américains de l'immigration accélèrent en effet les expulsions de clandestins, notamment d'El Paso, au Texas, vers Ciudad Juárez, au Mexique. Une ville aujourd'hui complètement débordée, explique à RFI Isabel Sanchez Quirarte, la coordinatrice locale d'une organisation de la société civile : « Aujourd'hui environ 200 migrants reviennent à Ciudad Juárez chaque jour, une ville qui n'a pas la capacité d'accueillir tous ces gens dignement. Nous demandons de l'aide pour gérer ce problème, puisque ni l'État ni la société civile n'ont les moyens d'y faire face. »

    Quelque 19 000 demandeurs d'asile attendent déjà dans les villes frontalières mexicaines la date de leur audience aux États-Unis. Ils sont plus de 5 000 rien qu'à Ciudad Juárez.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.