GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: témoignage de l'ex-chef des renseignements vénézuéliens

    media Dans une interview au Washington Post, l'ancien chef des renseignements vénézuéliens livre des détails sur le putsch manqué pour renverser Nicolas Maduro. (image d'illustration) REUTERS/Ivan Alvarado

    « Christopher Figuera est arrivé aux États-Unis », annonce le Washington Post qui publie une interview exclusive avec l’ex-chef du Sebin. Ce redouté service de renseignement vénézuélien « accusé de détentions arbitraires et d’actes de torture », comme le rappelle le journal. Après le soulèvement raté contre le président Nicolas Maduro, le 30 avril, le général Christopher Figuera s’était « caché pendant deux mois dans la capitale colombienne, Bogota, protégé 24h sur 24 par des gardes du corps avant d’arriver aux États-Unis ».

    Les détails du putsch raté contre Nicolas Maduro

    Christopher Figuera raconte d’ailleurs les détails de cette tentative de putsch contre le président vénézuélien. Certains d’entre eux étaient déjà connus. Mais l’ex-homme fort du régime confirme aux journalistes du Washington Post que le plan pour renverser Nicolas Maduro reposait principalement sur deux acteurs : premièrement le chef du Tribunal suprême de Justice, Maikel Moreno. Son rôle était de publier un arrêt pour rétablir l’Assemblée nationale dans ses fonctions.

    Deuxièmement, le ministre vénézuélien de la Défense, Padrino Lopez. Il était censé respecter l’arrêt du Tribunal suprême et forcer Nicolas Maduro à démissionner. Aujourd’hui, deux mois après ce putsch raté, les deux hommes sont toujours en poste. Seul Christopher Figuera, la troisième clé de voute de ce plan de soulèvement, a fui le pays.

    Lourdes accusations contre le régime vénézuélien

    Dans les colonnes du Washington Post, l’ancien chef des renseignements formule de lourdes accusations contre le régime de Nicolas Maduro. Son poste a en effet permis au général de voir les choses de près, comme des activités illicites par exemple : « le fils de Nicolas Maduro vent de l’or des mines clandestines au prix fort à la Banque centrale vénézuélienne », raconte-t-il. « L’ancien vice-président du pays, Tarek El Aissami, est impliqué dans le blanchiment d’argent et le narcotrafic ». Toujours selon Christopher Figuera, des groupes armés opèrent au Venezuela avec le soutien, voire même la complicité du gouvernement. Parmi eux, la guérilla colombienne ELN ou encore le Hezbollah. Cette organisation chiite, classée parmi les organisations terroristes par les États-Unis, est « impliquée dans plusieurs activités illicites au Venezuela ». De l’argent qui sert à « financer ses opérations au Proche-Orient ». Le Washington Post a tenté de joindre plusieurs hauts dirigeants du régime vénézuélien, pointés du doigt dans l’interview avec Christopher Figuera. Aucun n’a répondu.

    Honduras : nouveaux affrontements violents entre étudiants et police militaire

    Ils étaient près de 2 000 jeunes, ce lundi, à bloquer la principale route qui longe l’Université nationale autonome du Honduras dans la capitale, Tegucigalpa. Ces étudiants, rappelle le quotidien La Prensa, protestent contre des réformes des systèmes de santé et d’éducation, annoncées par le président Juan Orlando Hernandez, que les manifestants veulent voir quitter le pouvoir.

    « Quand les affrontements entre police militaire et étudiants ont éclaté, plusieurs jeunes se sont réfugiés dans l’enceinte de l’Université. Sans autorisation, les policiers les ont poursuivis, ouvrant le feu à balle réelle. Au moins cinq étudiants ont été blessés », dénonce Criterio.

    Il y a dix ans aujourd’hui disparaissait Michael Jackson

    « Écouter une chanson de Michael Jackson vous met toujours de bonne humeur, mais l’entendre est devenu trop douloureux », titre en Une le Washington Post. « Dix ans après son décès soudain et après un film documentaire concernant les accusations d’abus sexuel sur les enfants qui pèsent contre lui, le sens de la musique de Michael Jackson a changé pour toujours », estime le journal. De son côté, le New York Post constate qu’« en ce jour d’anniversaire de sa mort, un nuage noir couvre l’héritage de Michael Jackson ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.