GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts
    Amériques

    Accord UE-Mercosur: une première victoire pour Bolsonaro?

    media Jair Bolsonaro, le 24 juin 2019, à Brasilia. REUTERS/Adriano Machado

    Au Brésil, la conclusion de l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur pourrait représenter la première victoire politique de Jair Bolsonaro. Après des mois de gestion chaotique et de polémiques, le gouvernement d’extrême droite se félicite de cette association qui devrait avoir des retombées économiques positives sur le commerce brésilien.

    Avec notre correspondante au Brésil, Sarah Cozzolino

    Jair Bolsonaro et son gouvernement se souviendront de leur premier sommet international du G20 comme d'une victoire historique après la conclusion d'un accord entre l'Union européenne (UE) et le Mercosur. « J’avais promis que je ferais du commerce avec tout le monde, sans biais idéologique. Je tiens promesse » s’est félicité le président brésilien sur Twitter.

    L’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur éliminera à terme 91% des droits de douane imposés par le Mercosur aux produits européens, ce que la Commission européenne évalue en valeur à 4 milliards d’euros. A l’inverse, l’UE supprimera de son côté 92% des taxes actuellement appliquées aux biens sud-américains qui arrivent sur son sol.

    La conclusion de l’accord a été saluée par les milieux d'affaires, qui y voient la fin de l’isolement du Brésil. Le ministre de l’Économie a déjà calculé que le traité pourrait faire passer le produit intérieur brut du pays de 87 milliards à 125 milliards de réais (28 milliards d'euros) en quinze ans.

    Compromis sur l'environnement

    Cette victoire a cependant été obtenue après quelques compromis. Attaqué par les dirigeants européens sur sa politique environnementale, Jair Bolsonaro a dû s’engager à respecter l’accord de Paris sur le climat. Mais les ONG de protection de l’environnement doutent de sa bonne volonté. En quelques mois, le Brésil a homologué 239 pesticides classés toxiques pour la santé et l’écologie.

    « Il y a eu plusieurs concessions en termes de volume ou de droits d'entrée », a déclaré la ministre brésilienne de l'Agriculture, Tereza Cristina, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, au cours de laquelle l'accord a été conclu. Les négociations, qui ont débuté en 1999, sont entrées dans la dernière ligne droite le 26 juin lorsque les ministres des Affaires étrangères de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay ont rencontré les commissaires européens au Commerce et à l’Agriculture pour dégager les points saillants.

    Les quotas et les tarifs des produits sud-américains, tels que le bœuf, la volaille, le sucre et l'éthanol, ainsi que l'ouverture du marché de l'automobile dans les pays du Mercosur ont été des points cruciaux pour parvenir à un consensus. « Là où nous n'avions pas gagné dans le volume, nous avons gagné dans les tarifs. Il y a eu des gains des deux côtés, il n'y a pas d'accord pour dire qu'on gagne seulement », a ajouté le ministre, sans donner plus de détails.

    Cet accord arrive au bon moment pour le président brésilien en difficulté après seulement six mois de gestion. De retour au pays, il devra affronter d’autres défis de taille comme la réforme des retraites qui peine à passer au Congrès et un taux de chômage qui dépasse les 12%.

    ►À lire aussi : L'UE et le Mercosur concluent un accord de libre-échange «historique»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.