GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Donald Trump n'a pas le droit de bloquer ses détracteurs sur Twitter

    media Une série de tweets écrits par le président américain au sujet de l'Iran, le 21 juin 2019. . REUTERS/Lucas Jackson

    Une cour d'appel a assuré ce mardi 10 juillet que le président américain n'a pas le droit de bloquer ses opposants sur Twitter.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

    Les magistrats confirment ainsi une décision prise l'an dernier par une juge fédérale qui avait estimé que le locataire de la Maison Blanche pratiquait de la « discrimination d'opinion » en empêchant ses critiques de s'abonner à son compte personnel. Le ministère américain de la Justice avait fait appel.

    « Le premier amendement ne permet pas à un responsable gouvernemental qui utilise un compte sur les réseaux sociaux pour toutes sortes de raisons officielles d'exclure des personnes exprimant des opinions avec lesquelles ce responsable ne serait pas d'accord », écrit la cour dans son jugement.

    Autrement dit, l’impétueux président américain n’aura plus le droit d’écarter de son fil Twitter ceux qui commentent ses innombrables messages en le traitant de tous les noms d’oiseaux.

    Les avocats du ministère de la Justice ont tenté de faire valoir que sur Twitter le président agissait en son nom personnel et qu’il pouvait donc régenter son compte selon son bon vouloir. Mais la cour d’appel a rejeté cet argument. « La nature officielle du compte n’est pas une conviction, elle est une évidence », assènent les magistrats. De fait, le président utilise régulièrement son compte twitter suivi par près de 62 millions d’abonnés pour faire des annonces politiques importantes.

    Les sept personnes bloquées par Donald Trump et qui sont à l’origine de ce procès vont pouvoir s’en donner à cœur joie et commenter leur victoire sous son dernier tweet.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.