GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Kim Darroch, ambassadeur britannique à Washington, démissionne

    media L'ambassadeur britannique aux Etats-Unis Kim Darroch a annoncé sa démission mercredi 10 juillet 2019. Paul Morigi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

    L'ambassadeur britannique aux Etats-Unis, Kim Darroch, a annoncé sa démission mercredi 10 juillet après la controverse avec le président américain à la suite de publication dans la presse de fuites de mémos diplomatiques peu flatteurs à l'égard de Donald Trump.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Kim Darroch a décidé de jeter l’éponge pour arrêter net la tempête diplomatique alimentée depuis plusieurs jours par Donald Trump. Le président américain avait d’abord réagi avec retenue à la fuite dans la presse samedi 6 juillet de câbles diplomatiques confidentiels.

    Dans ces lettres rédigées en 2017, l’ambassadeur britannique décrivait un président erratique et incompétent à la tête d’une Maison Blanche chaotique et inepte. Mais très vite Donald Trump a changé de ton et traité sur Twitter Sir Kim Darroch de « type stupide » et réitéré ses attaques contre la Première ministre Theresa May et sa façon « ridicule et désastreuse » de gérer le Brexit. Enfin, mardi le président américain s’est déchaîné qualifiant cette fois l’ambassadeur britannique à Washington d’ « imbécile prétentieux ». La polémique a d’ailleurs occupé une place centrale mardi soir lors du débat télévisé entre Boris Johnson et Jeremy Hunt, les deux candidats à la succession de Theresa May.

    Kim Darroch a décidé de démissionner après avoir constaté que Boris Johnson avait refusé à de multiples reprises de lui apporter son soutien contre Donald Trump. Un refus qui, a expliqué l’ambassadeur, l’a convaincu que le probable prochain Premier ministre n’hésiterait pas à sacrifier les hauts fonctionnaires de l’Etat britannique afin de ne pas froisser son allié américain. Mais ce départ précipité crée un dangereux précédent en donnant l’impression que le devenir de tout ambassadeur britannique dépendrait du bon vouloir du président américain.

    Theresa May exprime ses regrets

    Alors que son probable successeur Boris Johnson s'est refusé à s'exprimer sur la démission de l'ambassadeur britannique aux États-Unis, le soutien appuyé de Theresa May à Sir Kim Darroch a été bien perçu par les parlementaires britanniques.

    « Tous les membres du cabinet apportent leur soutien à Sir Kim Darroch, il a passé sa vie au service du Royaume-Uni. Nous lui devons énormément et il a toute notre gratitude. Les bons gouvernements dépendent de fonctionnaires capables de donner leur avis en totalité et avec franchise. Je voudrais que tous nos fonctionnaires soient capables de le faire. Je compte sur le Parlement pour défendre nos valeurs et nos principes particulièrement quand ils sont bousculés », a déclaré la Première ministre sortante, devant la Chambre des communes.

    Une enquête de police est en cours pour tenter de découvrir qui est à l'origine de la fuite des câbles diplomatiques dans la presse britannique qui a entrainé la démission de Sir Kim Darroch. 

    ■ Pour Thibaud Harrois, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Sorbonne Nouvelle, invité de RFI, cette démission est le  symbole d'une longue dégradation des relations diplomatiques entre les deux alliés.
     

    Déjà depuis quelques années, on peut se poser la question de la réalité de l'existence de cette relation spéciale entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni. on sait que ce sont des partenaires qui se disent très proches et le Royaume-Uni continue à espérer que cette relation spéciale existe. mais du côté des Etats-Unis, il y a d'autres pays qui sont bien plus intéressants...

    Thibaud Harrois, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Sorbonne Nouvelle 10/07/2019 - par Jean-Baptiste Marot Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.