GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le secteur brésilien de la viande de porc en pleine effervescence

    media Avec la peste porcine, les experts estiment qu’il faudra entre deux et cinq ans pour reconstituer les troupeaux chinois. Assez pour que le Brésil augmente sa production de porcs et ses capacités d’exportation. GREG BAKER / AFP

    Au Brésil, les exportations de viande de porc sont en plein boom. Alors que la peste porcine africaine décime les cheptels asiatiques, le géant sud-américain augmente ses exportations de près de 30% par rapport à la même période l’an dernier. Une situation inédite pour le pays, qui va devoir adapter son secteur.

    Avec notre correspondante à Sao Paulo,  Sarah Cozzolino

    Avec la peste porcine africaine, le Brésil n’augmente pas seulement ses exportations de viande de porc en direction de l’Asie, mais aussi de bovin et de volaille. Une opportunité inédite, selon Angelo Gurgel, économiste spécialiste de l'agrobusiness.

    « Je ne me souviens pas d’autre situation dans laquelle on aurait eu ce genre d’opportunité, explique-t-il. Aujourd'hui, le Brésil est au quatrième rang mondial des exportateurs de viande porcine, peut-être même qu’il pourrait monter à la troisième ou à la deuxième place avec cette occasion, et ne jamais perdre cette position. »

    ► À écouter aussi : La peste porcine en Chine va-t-elle bouleverser le marché mondial de la viande ?

    Mais la filière porcine brésilienne est encore trop petite pour répondre à la demande asiatique. Francisco Turra, ancien ministre de l’Agriculture et président de l’Association brésilienne de protéine animale, préfère nuancer la bonne nouvelle pour le secteur.

    « C’est à prendre avec prudence et précaution, prévient-il. Parce c’est un secteur qui a vécu 30 ans de crise. Donc, il ne faut pas se réjouir trop vite d’un moment qui peut être passager et nous offrir des opportunités maintenant puis générer une crise. Nous travaillons avec la plus grande rationalité. »

    Les experts estiment qu’il faudra entre deux et cinq ans pour reconstituer les troupeaux chinois. Assez pour que le Brésil augmente sa production de porc et ses capacités d’exportation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.