GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nucléaire iranien: Trump serait sorti de l’accord pour contrarier Obama

    media L'ancien ambassadeur britannique aux États-Unis, Kim Darroch (à gauche) fustige Trump sur l'accord sur le nucléaire iranien. BRENDAN SMIALOWSKI, PAUL MORIGI / AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERI

    « Le président américain, Donald Trump, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien parce ce qu’il s’agissait d’un accord porté par son prédécesseur, Barack Obama », selon un mémo diplomatique de mai 2018, publié dans la presse anglaise. Son auteur n’est autre que l’ancien ambassadeur de Grande-Bretagne aux États-Unis, Kim Darroch.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

    Kim Darroch a déjà été contraint de démissionner, mercredi 10 juillet, après la publication d’une première salve de documents dans lesquels il tenait des propos peu flatteurs envers Donald Trump. Pour décrire la sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, l'ancien ambassadeur britannique aux États-Unis parle d’un « acte de vandalisme diplomatique ».

    La raison ne serait pas seulement idéologique. Donald Trump aurait aussi voulu agacer Barack Obama, en contrariant son héritage. Cette analyse n’est pas vraiment une révélation, le président actuel cache mal son aversion pour son prédécesseur et pour ses accomplissements politiques. L’autre principal exemple étant la réforme du système de santé, d’autant plus que son nom est l'Obamacare.

    Donald Trump tente de détruire chaque fois ce qui a été mis en place en promettant de faire beaucoup mieux. Et puis, il ne se passe pas grand-chose. Sur l’Iran, Kim Darroch, dans son rôle d’ambassadeur, le dit sans tortiller : « Il n’y avait aucune stratégie pour "le jour d’après" ni même de plan pour se rapprocher des différents acteurs concernés ».

    Alors, ces nouvelles fuites vont-elles envenimer encore la relation États-Unis Grande-Bretagne ? Donald Trump a rapidement obtenu la tête de l’ambassadeur britannique, qui a démissionné mercredi. Et Boris Johnson, qui espère devenir Premier ministre, s’est jusqu’à présent bien gardé de fragiliser sa relation privilégiée avec le président américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.