GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    «Renvoyez-la !»: les partisans de Trump en roue libre xénophobe

    media Donald Trump à Greenville en Caroline du Nord, 17 juillet 2019. Reuters

    Aux Etats-Unis, la campagne pour l’élection présidentielle bat son plein dans le camp républicain. Ce mercredi 17 juillet, le président américain Donald Trump, qui brigue un second mandat à la Maison Blanche en 2020, tenait un meeting à Greenville, en Caroline du Nord. L’occasion pour lui de continuer à s’en prendre aux démocrates et en particulier à quatre élus de l’opposition. Lors de ce meeting, ses partisans ont aussi franchi un cap.

    Ce n’est qu’un meeting électoral, mais il en dit long sur la stratégie que souhaite développer Donald Trump durant cette campagne. Fortement critiqué pour des propos qualifiés de racistes envers quatre élus démocrates, dont une, Ilhan Omar, naturalisée américaine lorsqu’elle avait 12 ans, Donald Trump a été encore plus loin devant des partisans très enthousiastes en accusant Ilhan Omar de « balancer des attaques vicieuses antisémites » et la foule de reprendre « Renvoyez-là ! Renvoyez-là ! Renvoyez-là ! Renvoyez-là ! » lors d'un meeting à Greenville, en Caroline du Nord.

    Cette stratégie, selon une source proche de Donald Trump, vise à placer le plus à gauche le camp démocrate, mais elle pourrait laisser des traces.

    C’est un nouveau pas franchi par Donald Trump. En 2016, ses partisans criaient « enfermez-là » lorsqu’il parlait d’Hillary Clinton. Cette fois, le président américain va encore plus loin. Alors même s’il s’agit d’un discours qui vise à diaboliser les démocrates qu’il présente comme des socialistes, voire des communistes, cette approche est dangereuse car elle pourrait encore plus diviser la société américaine.

    En tenant un tel discours, Donald Trump semble vraisemblablement avoir renoncé à se poser en rassembleur.

    À la Une: Donald Trump, «un raciste enragé»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.