GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    À la Une: le gouverneur de Porto Rico «viré»!

    media Ricardo Rossello, gouverneur de Porto Rico, a annoncé sa démission dans la nuit de mercredi à jeudi 25 juillet 2019. La Forteleza de Puerto Rico/Handout via REUTERS

    C’était attendu : le gouverneur du territoire américain a démissionné il y a quelques heures, juste avant minuit, heure locale. Des centaines de milliers de manifestants réclamaient son départ après la révélation par la presse d’une affaire de messages dans un groupe de discussion. Le gouverneur y tenait des propos homophobes, sexistes, et une enquête parlementaire avait été ouverte contre lui. Lorsque sa démission a été annoncée, une immense clameur a empli les rues de San Juan, capitale de Porto Rico, comme on peut l’observer sur les vidéos publiées par El Nuevo Dia.

    « Puerto Rico l'a viré ! » se félicite Primera Hora. Le gouverneur apparait de dos, sur le départ, en pleine page en une d’El Nuevo Dia. Le quotidien de San Juan rappelle « l’attente inexplicable dans laquelle le gouverneur a maintenu le pays » pendant plusieurs heures, alors que plusieurs de ses proches confirmaient sa démission. C’est en tout cas « un nouveau départ pour Porto Rico », juge l’éditorialiste. « Ce que nous vivons, c’est la victoire du droit d’un peuple à la dignité. C’est une clameur multisectorielle dont les jeunes sont les principaux porte-parole, déterminés à construire le pays de l’égalité qui leur a été refusé pendant trop longtemps ». Les grandes manifestations prévues aujourd’hui à San Juan sont maintenues.

    Haïti : Un nouveau gouvernement jeune et féminin

    Autre titre de l’actualité du continent américain : la formation en Haïti d’un nouveau gouvernement qui respecte la parité hommes-femmes et va même plus loin. Tout va assez vite depuis la nomination du nouveau chef du gouvernement lundi, nous explique Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste.

    « Fritz William Michel a moins de 40 ans et a été au-delà de la parité : il a choisi une équipe de 17 ministres, dont neuf femmes, c’est plus que les 30% que réclame la Constitution haïtienne… »

    Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste 25/07/2019 Écouter

    Audition Mueller : tout ça pour ça ?

    On poursuit cette revue de presse avec les journaux américains déçus de l’audition de Robert Mueller devant le Congrès. L’ex-procureur spécial a été cuisiné sur son rapport sur les ingérences russes lors de la présidentielle, publié au mois d’avril. Il a apporté « peu de réponses », juge USA Today en une. « Pas de coup de théâtre », titre le Boston Globe. « Après 7 h, pas grand-chose de neuf », se lamente le Houston Chronicle.

    Le Washington Post choisit même de publier une vidéo où l’on voit l’ex-procureur spécial ne pas se souvenir, à trois reprises, du contenu de son rapport. « Il a pu [dans le passé] être rapide, abrupt, précis. (...) Mais dans ce qui a probablement été son dernier acte sur le devant de la scène à Washington », « il a également montré un côté peu familier et troublant, demandant à plusieurs reprises de l’aide pour trouver des citations dans son propre rapport, semblant toujours lutter pour suivre les questions. Il parlait doucement, trébuchait sur ses mots, s’éloignait parfois, comme s’il avait perdu le fil de ses pensées ».

    Pénible à regarder

    Le grand quotidien conclut que l’audition était parfois « pénible à regarder ». « La procédure ne semble pas avoir changé grand-chose » sur le dossier « Trump et l’ingérence russe », mais « la perception de Mueller, l’un des fonctionnaires les plus honorés du pays (...) a définitivement changé ». Et la presse conservatrice s’en amuse : « Le mauvais jour de Mueller », se moque le National Review dans son éditorial. Le média estime que « si cela avait été une audience de confirmation, Mueller aurait échoué ». Mais rien ne sert de « fouetter un cheval mort », renchérit le Washington Times, toujours dans le camp ultra-conservateur. « Le procureur spécial (...) a parlé et encore parlé. Peu importe le nombre de fois que les démocrates exigeront qu’il recommence, ça ne changera pas le résultat. Le Président Trump mérite mieux et la nation aussi ».

    Et pourtant, Robert Mueller avait un message à faire passer selon le Dallas Morning News. « La Russie cherche toujours à interférer ». C’est à ce sujet aussi que le New York Times consacre son édito. « C’est la même alarme que tirent presque tous les membres des services de renseignement et de police depuis trois ans : la Russie a attaqué nos élections en 2016 et intensifie ses efforts aujourd’hui ». « Ce n’était pas une seule tentative », a dit Robert Mueller. « Ils le font pendant que nous sommes assis en ce moment ».

    Peu probable, selon le journal, qu’une loi soit adoptée pour améliorer les échanges d’information entre les services de renseignement - un objectif qui était pourtant censé avoir été atteint par des réformes après les attentats du 11 septembre. Peu probable, car Donald Trump refuse de reconnaître la gravité de l’intervention russe et le Sénat n’envisage aucune loi pour renforcer la sécurité des élections. « Peut-être parce que cela reviendrait à admettre que les élections de 2016 ont été entachées ». « Le président semble plus préoccupé par son ego, conclut le New York Times, que par la sauvegarde de la démocratie américaine - et cela nous met tous, républicains, démocrates et indépendants, en danger ».

    La bonne étoile

    L’histoire est racontée par Venezuela al dia. Le chanteur Mario Domm, du groupe Camila, répondait à une interview de la radio RCN à Bogota quand il a entendu un homme chanter dans son dos. La voix lui plait. Il se rapproche du jeune homme qui n’est autre qu’un migrant vénézuélien qui tente de récolter quelques pièces en chantant dans la rue. Le chanteur lui laisse un pourboire généreux - 100 dollars - et lui demande son numéro de téléphone. Problème il n’en a pas. Ni une ni deux, Mario Domm lui achète un portable pour pouvoir le joindre et... l’invite à se produire à ses côtés lors de leur prochain concert à Mexico. La vidéo de la rencontre a été publiée par RCN. Cette anecdote a le mérite de rappeler, écrit Venezuela al dia, que « ces cinq dernières années, de nombreux jeunes vénézuéliens, professionnels ou non, avec de grands talents, ont dû fuir la crise humanitaire dans laquelle leur pays est plongé ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.