GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    Amériques

    Jair Bolsonaro a préféré aller chez le coiffeur que recevoir Jean-Yves Le Drian

    media Ernesto Araujo, ministre des Affaires étrangères du Brésil, reçoit son holomogue français Jean-Yves Le Drian, le 29 juillet 2019. Ils ont annoncé la création d'un groupe de travail sur les enjeux environnementaux et climatiques dans le cadre du Mercosur. EVARISTO SA / AFP

    Le président brésilien Jair Bolsonaro affiche ouvertement ses distances avec la France. Alors qu'il devait rencontrer lundi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, actuellement en tournée en Amérique latine, il a annulé le rendez-vous pour se rendre... chez le coiffeur.

    C'est un nouvel acte de défiance envers le gouvernement français qui avait enjoint le président brésilien à respecter les accords de Paris sur le climat. Alors qu’il devait rencontrer lundi Jean-Yves le Drian, poids lourd du gouvernement français, pour parler environnement, le président brésilien s’est montré tour à tour provocateur et humiliant.

    Avant la rencontre, il déclarait que le ministre français des Affaires étrangères ne devrait pas lui manquer de respect et que jamais il ne se soumettrait aux bons vouloirs de la France. Lundi 29 juillet, lors d'une rencontre avec son homologue brésilien, Jean-Yves Le Drian avait rappelé « l'importance de la décision prise par M. Bolsonaro de maintenir le Brésil dans l'accord de Paris sur le climat et de le mettre en oeuvre rapidement ».

    En annulant le rendez-vous, le chef de l’État a envoyé un cinglant message. Prétextant des problèmes d’agenda, il s’est affiché sur les réseaux sociaux quelques minutes plus tard chez le coiffeur.

    En juin dernier, lors du G20 d’Osaka au Japon, le président Macron avait contraint le président brésilien à s'engager à respecter l'accord de Paris sur le climat, faute de quoi Paris ne signerait pas le futur traité de libre-échange avec les pays du Mercosur, l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay. C'est cet ultimatum qui a fortement déplu à Jair Bolsonaro qui semble avoir oublié sa promesse.

    L'accord de libre-échange UE-Mercosur prévoit notamment un engagement des deux parties à lutter contre le changement climatique et contre la déforestation. 

    ► À lire aussi : Accord UE-Mercosur: une première victoire pour Bolsonaro?

    Lundi, Matignon a annoncé la création d'une commission d'évaluation française constituée de dix experts sur ce projet d'accord commercial, qui doit être approuvé par les Parlements des pays signataires.

    Face à la «liberté économique», la protection de l'environnement ne pèse pas lourd

    Depuis son investiture, le président brésilien au nom de la « liberté économique », se montre complaisant envers les acteurs anti-environnementaux. Tout en martelant que l'Amazonie appartient au Brésil, il se plaint des contraintes imposées par la législation sur les réserves autochtones, les déclarant un « frein à l’industrie agroalimentaire » et multipliant les incitations à développer des projets miniers dans des zones protégées.

    Samedi, alors que la mort du cacique Waiapi venait d’être confirmée, le chef de l’État, est revenu à la charge au sujet de la réserve des Yanomami, à la frontière avec le Venezuela. Une « terre richissime » qu’il conviendrait d’exploiter, a-t-il déclaré, ajoutant qu'il était en quête de « contacts au sein du premier monde pour explorer ces zones en partenariat. » Plus de 6 000 hectares de forêts auraient été détruits depuis le début de l'année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.