GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Fusillades: Trump condamne le suprémacisme blanc et reste flou sur les armes

    media Donald Trump dans son adresse à la nation depuis la Maison Blanche, lundi 5 août, après deux fusillades ayant fait 29 morts ce week-end aux États-Unis. À son côté, le vice-président Mike Pence. REUTERS/Leah Millis

    Le président Donald Trump a condamné lundi 5 août l'idéologie raciste du suprémacisme blanc, suspectée d'être à l'oeuvre dans l'une des deux fusillades ayant endeuillé les États-Unis ce week-end, tout en évitant de mettre l'accent sur la lutte contre les armes à feu. Il se rendra à El Paso ce mercredi.

    Dans une intervention depuis la Maison Blanche, Donald Trump a préféré insister sur le rôle néfaste que jouerait selon lui internet dans la radicalisation de personnes souffrant de troubles mentaux. Il a par ailleurs qualifié de « crimes contre l'humanité » les deux attaques qui ont alimenté la litanie des tragédies dues aux armes individuelles dans un pays où celles-ci pullulent.

    « Notre nation doit condamner d'une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc », a déclaré le président américain dans une courte allocution télédiffusée. Il s'exprimait après qu'un homme blanc a tué samedi 22 personnes dans un hypermarché d'El Paso, ville texane à forte majorité hispanique. Un autre tireur, aux mobiles pour l'instant inconnus, a fait neuf morts dimanche dans l'État de l'Ohio.

    Donald Trump a par ailleurs appelé à l'exécution « rapide » des auteurs de ces fusillades. « J'ordonne également au ministère de la Justice de proposer une loi garantissant que ceux qui commettent des crimes motivés par la haine et des tueries de masse soient passibles de la peine de mort et que cette peine capitale soit appliquée rapidement, avec détermination et sans des années de délai inutile », a-t-il déclaré.

    « Nous devons arrêter l'idéalisation de la violence dans notre société », a-t-il insisté, estimant qu'il était « trop facile aujourd'hui pour les jeunes en difficulté de s'entourer d'une culture célébrant la violence », notamment à travers des jeux vidéo selon lui « atroces et sinistres ».

    L'influence que joueraient les maladies mentales ou bien les jeux vidéo dans le déclenchement de carnages par armes à feu est mise en doute par de nombreux experts. Les épidémiologistes pensent ainsi que la vaste majorité des personnes atteintes de troubles psychiques ne sont pas violentes.

    Dans plusieurs tweets, Donald Trump a appelé lundi matin à une meilleure vérification des antécédents des personnes souhaitant acheter des armes à feu, mais également à coupler cette mesure à « une réforme migratoire urgemment nécessaire ».

    (Avec AFP)


    ► ANALYSE

    Trois questions à Didier Combeau, politologue spécialiste des États-Unis, chercheur associé à l'Institut des Amériques, auteur de « Polices américaines » (Gallimard, 2018).

    Pourquoi après chaque tuerie de masse aux États-Unis la législation sur les armes n’évolue-t-elle pas vers plus de contrôle ?

    La réponse politique ne peut pas arriver, d’abord parce que le gouvernement fédéral n’a pas l’autorité pour réglementer les armes. La réglementation de la détention et du port dépend des États fédérés, donc les lois sont différentes dans tous les États, plus ou moins libérales, car elles ne sont jamais très strictes. Tout ce que peut faire l’État fédéral, c’est réglementer le commerce. Ce n’est pas suffisant pour faire disparaître les armes qui prolifèrent. Les propositions de loi qui sont sur la table répondent à peu près à l’état de l’opinion publique. Si on demande à l’opinion publique si elle est en faveur d’une réglementation des armes à feu, les deux tiers des Américains disent oui. Si par contre on leur demande s’ils sont en faveur de l’interdiction de certaines armes, comme les armes de poing, pistolets ou revolvers qui sont les armes les plus dangereuses, là c’est à peu près un tiers des Américains qui se disent en faveur d’une interdiction. Donc, les propositions de loi essayent de ménager la chèvre et le chou, en quelque sorte de permettre le droit aux armes tout en essayant d’interdire l’accès aux armes à des catégories de population qu’on jugerait comme dangereuses.

    Par exemple avec un contrôle des antécédents psychiatriques et judiciaires, qui existe déjà pour les armes neuves ?

    La proposition de loi qui est sur la table actuellement est d’étendre ce contrôle des antécédents psychiatriques et judiciaires aux ventes d’armes d’occasion. Cela dit ces contrôles d’antécédents sont très difficiles à mener, parce que le FBI qui est chargé de les mener a des fichiers trop lacunaires, du fait encore une fois de la structure fédérale du pays. Et puis lorsque le candidat à l’achat d’une arme est très jeune, il est difficile d’avoir des antécédents judiciaires. Ça peut être la première occurrence grave d’un problème psychiatrique. Enfin, pour qu’il y ait des antécédents psychiatriques, il faut que les personnes aient été internées d’office par une décision de justice. Donc il faut que le cas soit très grave en quelque sorte. Donc ce n’est pas suffisant pour éviter des fusillades perpétrées par des gens qui ont des problèmes psychiatriques.

    La tuerie d'El Paso, où la police examine la piste du racisme, est traitée comme un cas de « terrorisme intérieur », a annoncé la justice fédérale. Désigner les tueries de masse comme des actes terroristes peut-il faire avancer le débat sur la réglementation des armes ?

    L’essentiel du terrorisme aux États-Unis, c’est le terrorisme intérieur. Ce sont des problèmes liés à l’immigration et au racisme, ça peut être des problèmes d’attaques de cliniques qui pratiquent des avortements, ça peut être des défenseurs des animaux qui s’attaquent à des restaurants. Mais parler de terrorisme est comme toujours à double tranchant, rappelez-vous que Donald Trump avait dit que si les gens qui étaient au Bataclan avaient été armés, ils auraient pu mettre fin à la fusillade plus rapidement. Donc le fait de parler de terrorisme peut aussi être un levier pour dire que les citoyens honnêtes doivent être armés pour que l’on puisse se défendre des attaques terroristes qui peuvent survenir n'importe quand et n’importe où.  Lorsque l’on parle d’autodéfense, de ce côté de l’Atlantique on imagine une envie de défendre ses possessions ou sa famille contre vents et marées de l’intérêt général. Alors qu’aux États-Unis, ce n’est pas tout à fait ça. Le fait d’être armé et de pouvoir lutter contre la délinquance et la criminalité fait partie d’une sorte d’engagement citoyen. Aux États-Unis, la police n’est pas conçue comme en France, comme une émanation de l’État. On considère aux États-Unis que la police ce sont des gens payés pour faire un travail qui appartient à chaque citoyen. C’est pourquoi il est très difficile de réglementer les armes à feu. Car en même temps on considère qu’un citoyen honnête avec une arme c’est quelque chose de positif.

    Propos recueillis par Nicolas Sanders

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.