GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Les alliés de Guaido appellent à intensifier la pression sur le régime Maduro

    media Le ministre péruvien des Affaires étrangères, Nestor Popolizio (au centre), lors de la Conférence internationale de la démocratie au Venezuela. REUTERS/Guadalupe Pardo

    Le Pérou a lancé un appel à la solidarité internationale ce mardi 6 août en clôture de la conférence pour la démocratie au Venezuela qui a réuni une soixantaine de pays et organismes internationaux.

    Avec notre correspondant dans la région, Eric Samson

    « Le moment des décisions est arrivé », a insisté le ministre péruvien des Affaires Etrangères. Pour Nestor Popolizio, « l’indifférence de la communauté internationale n’est plus une option ». Il a défendu la nécessité d’augmenter la pression sur le régime de Nicolas Maduro.

    « Récupérer la démocratie vénézuélienne »

    « Les sanctions imposées à la dictature ne sont pas responsables de cette situation, a estimé le ministre péruvien. C’est l’incapacité absolue du régime illégitime de Maduro de diriger le pays qui a conduit à la catastrophe. La communauté internationale doit soutenir les efforts du président intérimaire Juan Guaido pour récupérer la démocratie vénézuélienne et reconstruire son économie. »

    Très en vue parmi les quelques 60 délégations internationales présentes à Lima, les représentants américains ont défendu la mise sous embargo ce lundi des biens du régime vénézuélien aux États-Unis.

    Avertissement

    Même s’il a précisé en conférence de presse que Washington ne le ferait pas de gaieté de cœur, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton a tout de même ouvert une porte de sortie à Nicolas Maduro. « Pour garantir ce changement à la tête de l’État, on peut imaginer Maduro dans une belle villa, quelque part au bord de la plage, passant une retraite tranquille, mais seulement s’il quitte le pays. »

    Une remarque qui sonne comme un avertissement, voire une menace, déjà rejetée par Caracas et ses alliés, qui n’étaient pas présents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.