GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Narcotrafic: le président du Honduras à Washington malgré la polémique

    media Le président hondurien, Juan Orlando Hernández, est soupçonné d'entretenir des liens avec les narcotrafiquants. REUTERS

    Juan Orlando Hernandez, le président du Honduras, est à Washington depuis lundi 12 août. Il participe à une réunion de la commission interaméricaine pour le contrôle des drogues. Une visite qui intervient alors que le chef de l’État hondurien est lui-même accusé aux États-Unis d’entretenir des liens avec les narcotrafiquants.

    Il y a une dizaine de jours, un document de la justice new-yorkaise accusait le gouvernement hondurien de fonctionner comme un narco-État. En cause, les liens des trois derniers présidents, dont l'actuel, Juan Orlando Hernandez, avec des trafiquants de cocaïne qui auraient financé sa campagne électorale en 2013.

    Un sous-marin pour introduire la cocaïne

    Ces informations émanent des documents de préparation au procès de Tony Hernandez, le frère du président hondurien, qui doit être jugé en septembre à New York. Il est accusé d'avoir introduit des milliers de kilogrammes de cocaïne aux États-Unis, y compris à l'aide d'un sous-marin.

    Ces révélations ont provoqué plusieurs journées de manifestation au Honduras. Des milliers de personnes demandaient le départ du président, dont la réélection en 2017 a été entachée de soupçons de fraudes.

    « Démantèlement de tous les cartels »

    Dans un communiqué annonçant le motif de son voyage à Washington, Juan Orlando Hernandez, jusqu'à présent proche allié des États-Unis, a souligné que son engagement dans la lutte contre le trafic de drogue, aurait permis « le démantèlement de tous les cartels de narcotrafiquants ».

    Mais ce lundi, la commission nationale des droits humains annonçait pourtant que 7 400 Honduriens avaient dû abandonner leur domicile depuis 2016, justement à cause des violences liées au trafic de drogue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.