GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Pourquoi Donald Trump s'est-il mis en tête d'acheter le Groenland au Danemark?

    media Une vue de la ville de Tasiilaq au Groenland le 15 juin 2018. REUTERS/Lucas Jackson/File Photo

    Donald Trump envisage d'acheter le Groenland pour en faire le 51ème État américain. C'est ce que révèle le Wall Street Journal ce vendredi 16 août. Le Groenland, ce sont environ 57 000 habitants et deux millions de kilomètres carrés majoritairement recouverts de glace qui appartiennent au Danemark, et dont les sous-sols regorgent de richesses. Donald Trump a demandé à ses équipes de la Maison Blanche de se pencher sur l'acquisition du territoire pour trois raisons selon le Wall Street Journal.

    D’après le Wall Street Journal, Donald Trump aurait donc jeté son dévolu sur le Groenland. La première raison est économique. La plus grande île du monde possède des ressources minières très convoitées : uranium, fer, rubis, terres rares, mais aussi des gisements de pétrole en mer, et presque deux millions et demi de kilomètres carrés de zone économique exclusive. Sans compter que la glace qui recouvre le territoire représenterait 10% des réserves d'eau douce sur la planète.

    La deuxième raison est liée à l'intérêt géopolitique de cette île gigantesque située à proximité du cercle arctique, qui suscite aussi les convoitises de la Chine.

    En 1946 déjà, le président Harry Truman avait offert 100 millions de dollars au Danemark pour acquérir le territoire, sans succès. Les États-Unis y ont tout de même installé une base militaire aérienne dans les années 50. Ils disposaient même en pleine Guerre froide d'une base nucléaire secrète démantelée en 1967 mais dont les déchets menacent l'environnement.

    « Nous ne sommes pas à vendre »

    La dernière raison avancée pour acquérir le Groenland est plus symbolique. Le président Donald Trump se verrait bien ajouter une 51ème étoile au drapeau américain, à la manière de Dwight Eisenhower avec l'Alaska en 1959.

    Sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement autonome du Groenland lui a répondu : « Nous sommes ouverts au commerce, mais nous ne sommes pas à vendre ! »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.