GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Salvador: 40 ans de prison requis pour avoir accouché d'un bébé mort-né

    media Condamnée à 30 ans de prison pour avortement, Evelyn Hernandez, ici le 16 août 2019 à Ciudad Delgado, a été rejugée lors d'un deuxième procès et risque désormais 40 ans de prison. REUTERS/Jose Cabezas

    Elle est devenue un symbole des femmes bien au-delà du Salvador. Evelyn Hernandez, 21 ans, risque 40 ans de prison pour avoir accouché d'un bébé mort-né. Dans ce petit pays d'Amérique centrale, la législation anti-avortement est une des plus strictes du monde et ce feuilleton judiciaire qui dure depuis 3 ans a permis de rouvrir le débat sur la dépénalisation de l'avortement.

    Au moment des faits, Evelyn Hernandez est âgée de 18 ans. Elle vit dans un quartier du Cuzcatlan rural contrôlé par des gangs. À plusieurs reprises, elle sera victime de viols, mais comme beaucoup de femmes, elle ne portera pas plainte par crainte de représailles.

    Un jour, de violentes douleurs abdominales se déclenchent. Aux toilettes, elle saigne abondamment, donne naissance à un bébé et s'évanouit. L'autopsie établit que le nouveau-né est âgé de 32 semaines, et qu'il est décédé des suites d'une infection pulmonaire.

    Elle explique qu'elle n'était pas au courant qu'elle était enceinte et que le bébé était déjà mort au moment de l'accouchement. L'hôpital, lui, qualifie l'incident d'avortement, et est dès lors obligé d'en informer les autorités.

    Condamnée à 30 ans de prison

    Au Salvador, quelles que soient les circonstances, l'avortement est interdit et lourdement pénalisé. Evelyn Hernandez est alors condamnée à 30 ans de prison pour homicide aggravé avec préméditation.

    Grâce à la mobilisation de ses avocats et des organisations féminines, la décision a été annulée. Pour ce deuxième procès, le ministère public salvadorien a changé de chef d'inculpation : Evelyn Hernandez n'est plus accusée d'homicide aggravé avec préméditation mais d'homicide aggravé par négligence. La justice a requis 40 ans de prison, le verdict sera rendu lundi 19 août.

    La défense demande à ce que la jeune femme bénéficie d'une remise en liberté conditionnelle, afin de créer un précédent juridique en attendant que le jeune Nayib Bukele, qui vient de prendre ses fonctions de président du Salvador, n'ouvre le débat sur l'avortement comme il s'y était engagé pendant sa campagne.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.