GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Canada: le jihadiste «Jihadi Jack» déchu de sa nationalité britannique

    media Le jeune jihadiste britanno-canadien «Jihadi Jack» a été déchu de sa nationalité britannique après avoir rejoint l'état islamique en Syrie. (photo d'illustration) DELIL SOULEIMAN / AFP

    Un jeune Britanno-Canadien de 24 ans, détenu dans le nord de la Syrie depuis plus deux ans, vient d’être déchu de sa citoyenneté britannique, selon des informations publiées dimanche 18 août par le magazine britannique Mail on Sunday. Même si les autorités anglaises n’ont pas confirmé cette décision, il s’agirait d’un des derniers faits d'armes du gouvernement de Theresa May avant son départ. Côté canadien, le ministre de l’Intérieur déplore cette décision pour « Jihadi Jack ».

    Avec notre correspondante à Québec,  Pascale Guericolas

    Le ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale, s’est dit « déçu », dans un communiqué envoyé aux médias, de la déchéance de nationalité britannique du jeune Canadien Jack Letts.

    Surnommé « Jihadi Jack », le jeune homme avait quitté l’Angleterre en mai 2014 pour la Jordanie, avant de se diriger vers le Koweït et l’Irak, où il s’est marié.

    Converti à l’islam à 16 ans, Jack Letts avait rejoint le groupe État islamique en Syrie. Un an plus tard, en 2017, une milice kurde le capture et l'enferme dans une prison au nord de la Syrie.

    Grâce à sa citoyenneté canadienne, héritée de sa famille, il pourrait en théorie être extradé au Canada, parce que contrairement à la Grande-Bretagne, les terroristes et les personnes coupables d’espionnage ou de haute trahison peuvent conserver leur citoyenneté, même s’il s’agit de bi-nationaux.

    Dans le cas de « Jihadi Jack », le ministre a précisé qu’aucune disposition légale n’oblige le Canada à faciliter le retour au pays de ses concitoyens détenus en Syrie. D’autant plus que la diplomatie canadienne n’a plus de représentation dans ce pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.