GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 9 Octobre
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: le pays va autoriser la détention illimitée d'enfants migrants

    media Un enfant migrant jouant avec des jouets à l'église méthodiste El Calvario, le 3 juin, à Las Cruces, Nouveau-Mexique (photo d'illustration). Joe Raedle/Getty Images/AFP

    Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi 20 août qu'il allait retirer les strictes limites régissant le temps passé en centres de rétention par les enfants migrants, dans le cadre de sa politique de fermeté face à l'immigration clandestine.

    Le ministère américain de la Sécurité intérieure a déclaré qu'il mettait fin à une décision judiciaire de 1997, dites « Flores », imposant aux autorités fédérales de ne pas maintenir en détention les enfants plus de 20 jours. Une nouvelle règle, qui doit être mise en œuvre sous 60 jours, ne limitera plus le temps passé par les enfants ou leurs familles en centres de rétention.

    « Pour protéger ces enfants face aux abus et arrêter le flot illégal » de migrants, « nous devons mettre un terme à ces vides juridiques », a déclaré le président américain Donald Trump, selon un communiqué de la Maison-Blanche. « Il s'agit d'un besoin humanitaire urgent. »

    Face à l'arrivée chaque mois à la frontière américaine de dizaines de milliers de migrants en famille ou de mineurs seuls, venant surtout d'Amérique centrale, le gouvernement républicain de Donald Trump a été accusé d'avoir séparé des enfants de leurs parents, gardés eux en rétention, afin de respecter la norme « Flores ».

    « Une attaque cruelle contre les enfants »

    La réforme annoncée mercredi vise à « s'assurer que les familles étrangères puissent être ensemble pendant les formalités migratoires », affirme la Maison Blanche. « Nous avons vu cette année un flot inédit de familles, venant surtout d'Amérique centrale, arriver à notre frontière sud-ouest », a expliqué en conférence de presse Kevin McAleenan, le ministre par intérim de la Sécurité intérieure.

    La règle « Flores » a « généralement forcé les autorités à relâcher les familles dans le pays après 20 jours, encourageant les entrées illégales », a-t-il affirmé, alors que les formalités migratoires peuvent prendre des mois, voire des années. Les organisations de défense des droits humains ont annoncé qu'elle combattraient en justice l'abrogation de la norme « Flores ».

    Associations de défense des droits humains et opposition démocrate ont immédiatement dénoncé cette initiative, promettant de combattre en justice la nouvelle règle, qui doit encore être révisée par un juge fédéral. « Il s'agit d'une nouvelle attaque cruelle contre les enfants » migrants, a dénoncé une responsable de l'association américaine ACLU, Madhuri Grewal. « Le gouvernement ne devrait pas emprisonner des enfants, et devrait encore moins chercher à mettre plus d'enfants en prison, pendant plus longtemps », a-t-elle ajouté.

    La pédiatre Julie Linton, présidente au sein de l’Académie américaine de pédiatrie (AAP) du groupe sur la santé des enfants migrants, a visité des centres de détention. 

    En tant que pédiatre quand j'entre dans un bâtiment avec des enfants, je m'attends à entendre le bruit qu'ils font en jouant, mais là-bas je n'ai entendu que le bruit sinistre des couvertures (de survie) et c'est quelque chose qui me hante.

    Julie Linton, présidente au sein de l’AAP du groupe sur la santé des enfants migrants 22/08/2019 - par Lucile Gimberg Écouter

    Le règlement publié mercredi, rappelle la chaîne américaine CBS, « est la dernière mesure de l'administration Trump pour remodeler radicalement le système d'immigration du pays ». Une volonté pas nouvelle, puisqu'elle remonte à la première semaine de son mandat, lorsque le président américain a publié un décret visant à limiter le nombre de réfugiés pouvant être admis le pays - en particulier ceux de sept pays à prédominance musulmane.

    (Avec AFP)

    ►À lire aussi: États-Unis: plus de 900 enfants migrants séparés de leurs parents en un an

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.